Gabon : le futur Champ Triomphal prend corps

Les travaux de construction du futur Champ Triomphal ou le nouveau Port-Môle de Libreville, appelé à devenir la zone économique, culturelle et touristique la plus importante du Gabon, voire de la sous-région d’Afrique centrale, avancent à pas sûr. Débuté le 14 août 2013, le chantier se trouve à ce jour à 18% de sa réalisation.

(De notre correspondant)

La presse nationale et internationale, à l’invitation du ministère de la promotion des investissements et de l’agence nationale des grands travaux (ANGT) a effectué vendredi un voyage au cœur de ce chantier dont la réalisation a été confiée il y a bientôt 1 an à la China Harbourg Engineering Compagny LTD, qui a déjà réalisé entre autres, le port en eau profonde de Yangshan (Chine) et celui de Kribi (Cameroun), ainsi que l’aéroport international de Hong Kong (Chine). L’objectif de ce voyage de presse était de faire une large communication sur les aspects socio-économiques et les bénéfices de ce projet pour la population et l’économie gabonaise et faire un état des lieux sur l’avancement des travaux.

Le chantier avance à pas sûr

Le chantier actuel est subdivisé en 5 zones de travail. Dans la première, les ouvriers comme les vrais fils d’Hiram Abif sont à pied d’œuvre pour le coulage du béton, en vue de la construction des structures marines et du mur de soutènement. Dans la 2e, c’est le second palier. Le rythme du travail s’accélère. On assiste au nivellement du sable, le déchargement des agrégats et le compactage du sol. La 3e est réservée pour la construction d’une île artificielle. Dans la zone 4, il y a une intense activité de pompage du sable et de construction des batardeaux. « 5000 m3 de sable sont pompés quotidiennement pour le travail de dragage et de remblai. Les travaux avancent normalement. Près de 300 personnes sont engagées dans cette première phase du chantier », a souligné un technicien.

Rappelons que la phase 1 du projet prévoit d’avancer sur la mer à une distance de 500 mètres, agrandissant ainsi la surface de l’ancien Port-Môle. Il s’agit dans cette phase de couvrir la mer par du sable recueilli au large de la côte. L’objectif est de surélever l’espace et en faire une surface compacte où des infrastructures terres seront érigées. Le coût des travaux est de l’ordre de 59 milliards de francs CFA, soit environ 90 millions d’euros pour cette phase.

Accroitre les échanges entre Libreville et le reste du monde

La 2e phase du projet concernera la conception et la réalisation des structures maritimes et infrastructures terrestres d’ici 2015, ainsi que le développement et la construction d’une zone commerciale et culturelle. On y trouvera, entre autres, des musées, des espaces de jeu et de divertissement, des salles de conférence, des hôtels, des espaces de commerce et des bureaux.

Le projet du nouveau Port-Môle, baptisé Champ Triomphal vise à terme à participer à la stimulation de l’économie locale, en créant des possibilités d’emplois, à améliorer la qualité de vie des populations et à offrir un lieu de célébration commune ouvert au public. Ce projet, à en croire la parole publique, permettra également de propulser l’économie touristique locale. En termes d’emplois, les estimations établissent qu’à l’horizon 2020, la zone du Port-Môle aura un effet positif : plus de 2500 postes de travail dans des secteurs divers vont être progressivement créés.

Le site de ce projet est appelé à devenir, d’ici quelques années, l’une des principales zones d’attraction en Afrique centrale et de l’ouest. Le nouveau Port-Môle permettra d’accroître les échanges entre Libreville et les capitales africaines, ainsi que le reste du monde.