Gabon : la vacance du pouvoir dans trois semaines ?

Le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba

Au Gabon, la plateforme « Appel à Agir », qui a fixé aux autorités gabonaises un ultimatum jusqu’au 31 mars prochain pour décréter la vacance du pouvoir, va-t-elle mettre sa menace à exécution ?

La plateforme « Appel à Agir », qui compte décréter la vacance du pouvoir le 31 mars prochain, a reçu un soutien de taille : celui de l’opposant et non moins candidat malheureux à la dernière Présidentielle, Jean Ping. Reste à savoir si l’objectif des 10 opposants et membres de la société civile, d’éjecter Ali Bongo du pouvoir à date échue sera atteint.

Dans le but de partager leur regard de « la situation particulière » dans laquelle se trouve le Gabon et « discuter de la nécessité de sortir notre pays de cette crise », les membres de la plateforme « Appel à Agir » qui, ont fait face au refus de les recevoir d’Eric Dodo Bounguendza, secrétaire général du PDG, ont donc un soutien de taille, en la personne de Jean Ping.

C’est jeudi 7 mars 2019 que le chef de file de la plateforme, Elza-Ritchuelle Boukandou, a présenté la plateforme ainsi que ses objectifs. Convaincu, le candidat malheureux à la Présidentielle d’août 2016 a promis de la « suivre ». Jean Ping a « insisté sur la nécessité de rassurer, sans exclusive, toutes les Gabonaises et tous les Gabonais ».

Cette initiative a vu le jour alors que le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, se trouve au Maroc où il poursuit sa convalescence, après un accident vasculaire cérébral survenu le 24 octobre 2018 en Arabie Saoudite.

A lire : Algérie : Bouteflika prolonge son 4e mandat