Gabon : la marche des agents municipaux de Libreville stoppée par la police

La marche pacifique organisée, vendredi, par les agents municipaux a été stoppée , à la sortie de l’Hôtel de ville de Libreville par la police, après quelques dizaines de minutes.

Notre correspondant au Gabon

Les agents municipaux voulaient dénoncer, vendredi, à travers leur marche pacifique les maux qui minent leur administration et réclamer auprès de la tutelle le payement des allocations familiales, le payement des pensions pour le retraités et l’accès aux soins de santé.

 »Nous n’avons aucun bénéfice de nos prestations. Nous ne pouvons pas nous soigner, nous n’avons pas des allocation familiales et nos retraités ne perçoivent aucune pension alors qu’ils ont cotisé pendant toute leur vie », a déclaré Alexandre Nzengui, président du collectif des agents de l’hôtel de ville.

 »Chaque fin du mois on nous prélève des cotisations sur nos salaires, mais une fois mis à la retraite nous ne percevons rien. Dans les centres de santé de la ville nous sommes chassés. Trop c’est trop. Les femmes enceintes ne peuvent plus jouir des prestations prénatales » s’est indigné une employée brandissant son bulletin de salaire.

Les sorts des retraités ayant servi dans cette institution n’est pas plus enviable. Ils versent des cotisations presque pour rien, pendant toute leur vie active. Albert Mvé Mba, le représentant des retraités a demandé l’arbitrage du chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba afin de dénouer cette crise et mettre un terme à leurs souffrances.  »NOus tirons le diable par la queue », a-t-il dit

Le directeur de la communication de l’hôtel de ville de LIbreville, Alain Koumba a rassuré que les nouvelles autorités municipales sont à pieds d’oeuvre sur ce dossier, et que les contacts sont établis au plus haut niveau de l’Etat pour résoudre cette situation vieille de plusieurs années.