Gabon : l’opposition s’engage à participer aux législatives du 17 décembre

Les partis de l’opposition regroupés au sein de la Coalition des partis démocrates républicains se sont engagés samedi à participer aux législatives du 17 décembre prochain, s’insurgeant contre la politique de la chaise vide prônée par certains leaders de l’opposition.

Le Mouvement de redressement national, (MORENA), Cause Commune pour le développement du Gabon (CCDG), Le Parti pour le Développement national (PDN), Le Parti Socialiste Unifié (PSU), Le Rassemblement des Gabonais pour l’Unité et la Paix (RGUP), Les 7 Merveilles du Peuple, l’Union Nationale des Forgerons (UNAF) et le Parti National Ecologiste (PNE), regroupés au sein de la Coalition des Partis démocrates républicains, se sont engagés samedi à se rendre aux urnes le 17 décembre prochain. Ils ont signé une convention à cet effet.

« Nous avons des ambitions qui s’inscrivent dans le cadre de la consolidation du processus démocratique multipartite, le dialogue, la concertation, la négociation, la formation, la sensibilisation, l’information, et la solidarité, en vue de jouer un rôle prépondérant sur l’échiquier politique national. Ce rôle ne saurait être joué sans des sièges au Parlement », a déclaré Memdou Nguema, parlant au nom de ses pairs. Cette déclaration vient mettre en éclat l’union sacrée de l’opposition qui, il y a une semaine, parlait d’une même voix, demandant au peuple de boycotter le scrutin du 17 décembre 2011. Les leaders de l’opposition ont justifié également leur position en dénonçant le « refus manifeste du pouvoir à mettre en œuvre les outils de la transparence électorale ».

Ce sont surtout les militants de base du parti social démocrate (PSD) de Pierre Manganga Moussavou qui ont annoncé les divisions intérieures de l’opposition qui s’étalent aujourd’hui au grand jour. Ils avaient demandé aux cadres de ce parti, il y a moins d’une semaine, d’aller aux élections du 17 décembre, alors que M. Maganga Moussavou défilait dans les médias du pays, pour demander aux populations de « ne pas aller au vote sans biométrie ».

Très certainement, avant le 5 novembre 2011, date limite de dépôt des candidatures pour ce scrutin, plusieurs autres leaders de l’opposition rejoindront la Coalition des Partis Démocrates et Républicains. Ce scrutin marquera un tournant décisif pour leur avenir politique, la mort de Pierre Mamboundou laissant un immense vide au sein de l’opposition.