Gabon : l’opposition remporte les Législatives partielles

Les candidats de l’opposition ont remporté le double scrutin législatif et sénatorial partiel organisé samedi dans la commune de Bitam, le Haut Como, à Medouneu et dans la ville de Lebamba.

De notre correspondant à Libreville

Trois sièges étaient en jeu samedi dernier dans la commune de Bitam, le Haut Como, à Medouneu et dans la ville de Lebamba, dans le cadre des élections législatives et sénatoriales partielles. Deux de ces sièges sont revenus à l’Opposition, selon les résultats provisoires.

Dans le siège unique du député de la commune de Bitam (nord), le candidat de l’union nationale (UN, opposition), Patrick Eyogho Edzang est venu en tête, devant le porte-étendard du Parti démocratique gabonais, (PDG, au pouvoir), le ministre de l’Economie numérique, Pastor Ngoua N’Nene, avec 47% des suffrages contre 43% pour son concurrent est arrivé en seconde position. Le candidat indépendant Michel Edou Sima n’a recueilli que 11% des suffrages et a pris la troisième place. Patrick Eyogho Edzang doit sa victoire au soutien de l’ancien ministre des Sports, René Ndemezo’o Obiang, qui a quitté le parti au pouvoir le 28 février 2015, laissant son poste de député vacant.

Le siège de sénateur dans le département du Haut-Como, à Medouneu, fief du défunt opposant André Mba Oame, est passé sous le contrôle du candidat indépendant Gilbert Ndong Nkoghé. Ce dernier doit sa victoire au soutien des cadres de l’opposition, notamment les leaders de l’Union Nationale.

A Lébamba, dans le chef-lieu du département de Louetsi-Wano, c’est le candidat du parti démocratique gabonais Flavien Nzengui Nzoundou qui a remporté le scrutin avec 13 voix contre 7 pour Vincent Moulengui Boukossou du Parti social démocrate (PSD, opposition), selon les résultats provisoires.

Les résultats officiels de ces élections partielles seront officiellement proclamés par la commission électorale nationale et autonome (CENAP) dans les tous prochains jours. Ils devront permettre à l’opposition de confirmer sa main mise sur la partie nord du pays.