Gabon : l’eau potable et l’électricité pour tous

Le gouvernement a annoncé jeudi 15 septembre 2011, un ambitieux programme visant à faciliter l’accès à l’eau potable et l’électricité à un grand nombre de Gabonais. Le programme consiste entre autres, à la création d’une agence de régulation des secteurs eau et électricité et au renforcement des capacités de production et de distribution d’eau et d’électricité dans certaines localités de l’intérieur du pays.

Le gouvernement gabonais veut faciliter l’accès à l’eau et à l’électricité à un grand nombre de citoyens, aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays. Pour y arriver, il a annoncé entre autres, la création d’une agence de régulation des secteurs eau et électricité, d’un fonds de financement des infrastructures et la création de la société de patrimoine.

Afin de renforcer le côté opérationnel de cette stratégie, l’Etat est rentré dans le capital de SETEG dont il devient l’actionnaire majoritaire. SETEG est une entreprise gabonaise spécialisée dans les travaux d’électrification et d’adduction en eau potable. Cette entrée au capital permettra la construction des infrastructures d’eau et d’électricité, la réduction des coûts des travaux sur l’ensemble du territoire et la sécurisation de l’accès à l’eau potable et à l’électricité.

Par ailleurs le gouvernement a dégagé une enveloppe de 94 milliards de francs CFA pour la pose d’une 3e conduite d’eau de diamètre 1200 entre Ntoum et Libreville pour un montant 60 milliards et pour la pose d’une autre conduite d’eau de diamètre 800 entre le Camp De Gaule et Agondjé, au nord de la capitale gabonaise, ainsi que la construction d’un château d’eau à Agondjé pour un montant de 12 milliards de francs CFA.

Dans la même veine, l’Etat va lancer dans les tout prochains jours, un vaste programme de renforcement des capacités de production et de distribution d’eau dans certaines localités de l’intérieur du pays pour un montant de 12 milliards de CFA.
Toutes ces mesures ont été saluées par une grande de la population. Mais il reste seulement à souhaiter qu’elles soient suivies d’effets, en vue de l’amélioration des conditions de vie des Gabonais.