Gabon : grogne dans le rang des agents des impôts

Ministère du Budget et des Comptes publics du Gabon

Au Gabon, les agents des services des impôts sont mécontents de leur gouvernement. Et pour manifester ce mécontentement, ils ont déclenché une grève illimitée depuis hier lundi. Cause du mécontentement : retard des primes mensuelles.

Pour compter de ce lundi 11 novembre 2019, plus de service pour les agents des impôts du Gabon. Réunis en Assemblée générale ce jour-là, ces agents ont décidé d’une grève illimitée jusqu’à satisfaction de leurs revendications. En effet, alors qu’ils font partie de ceux par qui l’Etat gabonais engrangent une grande partie de ses recettes, ils ne comprennent pas que les primes mensuelles à leur verser ne le soient pas à temps. « Le dernier jour ouvrable du mois devait être celui retenu pour le paiement des primes. Nous constatons pour le regretter que, jusqu’au 11, les primes ne sont pas payées. Ce mouvement ne sera levé que lorsque le gouvernement décidera de parler franc-jeu », a laissé entendre Sylvain Ombindha Talheywa, président du Syndicat des professionnels des impôts (SPI).

Les agents des impôts entendent s’appuyer sur les lourdes conséquences de leur grève sur l’économie nationale pour obliger le gouvernement à satisfaire leurs revendications afin d’en finir avec une situation qui dure depuis 2017. C’est ce que traduisent ces propos du président du SPI : « Un jour non travaillé peut valoir à peu près 1,5 à 2 milliards de francs CFA. Nous sommes fermes. Autant de jours qu’ils laisseront passer, autant d’argent coulera sous les ponts ».

Le ministère gabonais de l’Economie et des Finances n’a pas tardé à réagir, affirmant que cette grève est « contraire à l’esprit de dialogue qui anime les discussions en cours entre les responsables du ministère et les syndicats ». Néanmoins, il entend poursuivre ces discussions avec le syndicat pour une sortie de crise.