Gabon : arrestation spectaculaire d’un faussaire congolais à Libreville

Un Congolais a été interpelé mercredi dans le département du Cap, au nord de Libreville. Il détenait une carte d’identité gabonaise, qu’il s’est fait frauduleusement établir au nom de Gabin Ngalimi, né le 10 février 1980 à Léconi, dans le Haut-Ogooué. Il sera présenté au cours des prochaines heures au parquet de Libreville.

(De notre correspondant)

Chaque semaine apporte son insolite et son fait divers dans le département du Cap. La semaine écoulée un jeune Gabonais a été pris la main dans le sac en plein délit de destruction des biens publics et de vol du gravier dans cette localité. Ce mercredi, c’est un Congolais qui s’est fait prendre par les éléments de la gendarmerie du Cap pour faux et usage de faux. Il détenait au moment de son interpellation une carte d’identité gabonaise, qu’il s’est fait frauduleusement établir au nom de Gabin Ngalimi.

Comment l’indélicat s’est fait prendre par les éléments de la gendarmerie du Cap ? « Lorsque nous l’avons interpelé au cours d’une opération de contrôle routier, il a présenté une carté d’identité gabonaise, mais son accent et ses gestes étaient douteux. Lorsque nous avons tenté de vérifier les informations contenues dans le document, l’intéressé a pris la poudre d’escampette », a expliqué un gendarme.

Il s’en est suivi alors une course-poursuite dans la forêt et les lacs du Cap Estérias. Le présumé coupable d’actes de faux et usage de faux a essayé de montrer ses muscles aux éléments des forces de sécurité en tentant de disparaitre dans la nature, mais les gendarmes du Cap ont été intraitables dans la broussaille et n’ont pas tardé à mettre la main sur l’indélicat, malgré la dangerosité des pistes et les écueils de la forêt.

Sieur Gabin Ngalimi a été finalement arrêté et conduit dans les locaux de la gendarmerie du Cap, pour complément d’enquête. Il sera transféré dans les prochains jours au parquet de Libreville, afin de répondre de ses actes devant les magistrats. Ses frères Congolais qui étaient avec lui au moment des faits ont beaucoup regretté les agissements de leur compatriote.

L’enquête permettra certainement de démanteler un nouveau réseau d’établissement des fausses pièces d’identité, notamment les actes de naissance gabonais.