Gabon : 316 femmes meurent pour 100 000 naissances

Au Gabon, 316 femmes meurent pour 100 000 naissances vivantes. Ces décès sont proviennent de complications liées à la grossesse et à l’accouchement, selon le docteur Mamadou Kanté, représentant résident du fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) au Gabon, citant des chiffres récents publiés par l’institution.

A Libreville,

Un total de 800 femmes meurent chaque jour dans le monde des complications de la grossesse et de l’accouchement, selon des chiffres récents publiés par l’UNFPA. Au Gabon, on enregistre 316 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. C’est pour remédier à cette situation en Afrique Centrale qu’un atelier de renforcement des capacités des acteurs de la santé maternelle et infantile, notamment les sages-femmes se tient à Libreville depuis le 10 juin, sur le thème « L’analyse des écarts sur la pratique de sage-femme’ ».

« C’est un thème d’une extrême importance pour nos pays en général, et en particulier pour les autorités politiques du Gabon, en tête desquelles le président de la République, chef de l’Etat. En effet, connaître les écarts de la dispensation des soins et le corolaire de mesures à prendre pour avoir des soins de santé de qualité, justifie la pertinence du thème choisi », a déclaré, à l’ouverture des travaux, Félix Ndong Obiang, secrétaire général adjoint 1 au ministère de la Santé.

Les travaux de cet atelier, qui regroupe les représentants du Gabon, Congo, Cameroun, RCA, RDC, Burundi et les consultants de la Confédération internationale des sages-femmes (ICM) prennent fin le 12 juin. Il est attendu de nombreuses recommandations visant la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans la sous-région, ainsi que l’amélioration du cadre de travail et des performances des sages-femmes.

La lutte contre la morbidité et mortalité maternelle est aujourd’hui une priorité de santé publique et un impératif social, moral et politique au Gabon, où les accouchements par césarienne sont devenus une véritable épidémie.