Fusillade au Kenya : Umar Ahmed sauvé en faisant le mort

Umar Ahmed doit sa survie à ses talents de comédien. En effet, en faisant le mort lors de la fusillade de Nairobi survenue ce samedi, il a échappé au pire.

Umar Ahmed, un jeune Kényan de 18 ans, était au centre commercial de luxe à Nairobi, ce samedi lorsqu’une fusillade a éclaté. Il doit son salut à sa présence d’esprit. En faisant le mort, il a échappé aux tirs du commando shebab.

Une présence d’esprit salvatrice

Lors de la fusillade, Umar Ahmed se trouvait sur le toit du centre commercial, dans le parking. « J’étais sur le toit du Westgate Mall, dans le parking », du centre commercial. « Soudain, j’ai entendu des cris et des coups de feu partout », raconte-t-il depuis son lit de l’hôpital MP Shah, où il est soigné pour des brûlures aux mains et à la poitrine. « J’ai eu peur. J’ai essayé de descendre les escaliers mais j’ai vu quelqu’un au contraire foncer vers les étages, j’ai fait demi-tour et me suis caché à mon tour », se souvient-il. C’est alors qu’il s’est allongé au sol, faisant le mort. L’un des membres du commando s’est ainsi approché de lui, l’observant pendant d’interminables secondes. Croyant qu’il était mort, le membre du commando s’est éloigné. « Heureusement il a fini par partir », dit-il. « Après un moment, la police est arrivée et nous avons été évacués ».

Un autre Kényan présent dans le centre lors de la fusillade, a été pris de panique. « Soudain, j’ai entendu des coups de feu et tout le monde s’est mis à courir ». Pris par la peur, il s’est allongé sur le sol. Près de lui se trouvaient deux personnes qui saignaient vraisemblablement touché par balles.« Au départ nous pensions que c’était la police qui affrontait des voleurs. Mais nous n’avons pas pu nous enfuir avant que les policiers n’entrent (dans le centre commercial), tirent en l’air et nous disent de sortir », d’après M. Kerich.

Sudjar Singh, employé du centre, s’en est sorti de justesse: « Les hommes armés ont tenté de me tirer dans la tête mais ils m’ont manqué. Au moins 50 personnes ont été touchées » par des balles, a-t-il estimé. Dans sa tête, une image qu’il n’oubliera pas : le cadavre d’un enfant en train d’être évacué du centre commercial, un imposant bâtiment beige rectangulaire.« Le petit garçon était évacué sur un caddie, il devait avoir cinq ou six ans. Il avait l’air mort », se souvient-il, les yeux rougis par l’émotion.

La fusillade a été revendiquée par les islamistes somaliens shebabs liés à Al Qaïda, qui ont précisé sur leur compte Twitter que « seuls les infidèles ont été visés par cette attaque ». « Tous les musulmans dans le Westgate ont été évacués par les moudjahidines », ont-ils affirmé.