France Télécom investit sur Internet en Afrique

Depuis trois ans, la filiale Wanadoo propose ses services en Afrique et compte environ 100 000 abonnés.

Wanadoo mise sur l’Afrique. Depuis 1997, la filiale Internet de France Télécom (opérateur public français des télécommunications) s’implante sur le continent noir. Aujourd’hui, Wanadoo compte approximativement 100 000 abonnés africains. Dans l’année à venir, la filiale française espère en avoir au minimum 10 à 15% de plus.

Sur l’ensemble de ses secteurs commerciaux, Wanadoo estime avoir obtenu d’excellents résultats pour le premier trimestre 2000. En France, le nombre d’abonnés a doublé en un an, s’établissant à près de 1,4 millions. Ces bons chiffres n’amenuisent pas les ambitions africaines de l’entreprise française.

Présence inégale

France Télécom est inégalement présent sur tout le continent. A Madagascar, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Maroc, l’opérateur public français possède une très forte participation dans les sociétés de communications. Au Niger en revanche, l’entreprise ne détient que 2% du capital de la société de téléphonie. Au Bénin et en Mauritanie, la présence de la société se limite à des activités de conseil.

La Côte d’Ivoire, le Sénégal et l’Ile Maurice connaissent une croissance très rapide des activités liées à Internet. Ces pays se distinguent nettement des autres. En Côte d’Ivoire, la filiale française propose de l’e-commerce et des galeries marchandes.

Le taux d’abonnement à Internet des foyers africains équipés en informatique, rappelle-t-on au siège de France Télécom, est comparable à celui que l’on trouve en Europe. L’Egypte et surtout l’Afrique du Sud ayant – et de loin – les services Internet les plus développés.