France : Métamorphose de l’association Synergies et développement de l’Afrique

Synergies et développement de l’Afrique (SDA) a mis en place un modèle de fonctionnement qui préconise la participation de la Diaspora sans exclusive.

Quel cheminement suivre pour harmoniser la participation de la Diaspora organisée? Pour répondre à cette question, SDA a été restructurée ce samedi à l’hôtel Pullman Paris Bercy. Pour son Secrétaire Général, Gabriel Patrick Dion, « cette métamorphose répond à la recherche de l’efficacité opérationnelle de la structure… », a-t-il confié. SDA s’est structurée en pôles de compétences devant lui conférer un déploiement à l’échelle mondiale, là où les Congolais sont animés par l’esprit d’entreprise en faveur des populations congolaises.

Cela a été rendue possible par la volonté de l’association de répondre à la fois, à la recherche de l’harmonisation de la structure et à la répartition à proposer aux membres de la Diaspora afin de les inciter à jouer les rôles respectifs. La restructuration consiste à créer des pôles où chacun exercera ses compétences. C’est une des prémisses d’une organisation des hommes et des femmes déjà mobilisés face à la nouvelle donne de l’Afrique qui se développe.

SDA a compris cette nécessité. Dans une salle de réunion « Saint Amour » comble, la centaine de délégués venus de l’Europe et les membres du bureau exécutif de SDA ont travaillé conjointement dans un climat constructeur et serein. « C’était une participation active et fructueuse », a constaté un membre du bureau. Toutefois, à la séance de questions/réponses, les participants ont exprimé quelques inquiétudes. Pour un des participants, « l’association garantira-t-elle la paternité et la confidentialité vis-à-vis des porteurs de projets ? » ; « sera-t-elle une réelle adresse ? » ; « quelle sera son impact auprès de l’Etat ? »

Parmi ces morceaux choisis, Agnès Ounounou, chef d’entreprise dont la présence a été saluée et remarquée, a préconisé une structuration « qui ratisserait large, qui mettrait en place un ministère de la Diaspora ou un cadre étatique similaire. Cet espace institutionnel de liaison entre hommes et femmes animés de patriotisme, permettrait de mutualiser tous les apports aux efforts de développement pour le Congo. Nous devons rapidement nous mettre au travail car, la Diaspora est prête».

Vouloir organiser la Diaspora est un sujet polémique. La confusion s’installe au sein de toute tentative de structuration. Mais, depuis le 12 février dernier, SDA par la tenue du forum numérique et par cette volonté d’ouvrir l’association à tous, pousse à porter un regard nouveau sur l’homogénéité sur ces acteurs. Assurément, la métamorphose des mentalités des Congolais est en cours de mutation et apte pour opter pour l’intelligence unie.

Ngoma Ma Diambou