France : manifestation anti-migrants à Calais, près de 20 personnes arrêtées

Au moins une vingtaine de personnes ont été arrêtées ce samedi dans une manifestation du mouvement Pegida, contre l’immigration, dans la ville de Calais, dans le Nord-Pas-de-Calais.

Cette manifestation anti-immigration à Calais a été interdite par le ministère de l’Intérieur, pour autant elle a quand même eu lieu ce samedi. A l’initiative du mouvement d’extrême droite Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (Pegida), près de 150 personnes se sont réunies ce samedi après-midi devant la gare de Calais, scandant des slogans tels que : « On est chez nous!», « Etat dictateur », « migrants dehors» ou encore «journalistes collabos!».

Des échauffourées ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les manifestants. Les forces de l’ordre ont réclamé la dispersion du rassemblement avant d’entreprendre des charges dans le cortège et effectuer des tirs de gaz lacrymogènes. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, près d’une vingtaine de personnes ont été interpellées,
puis envoyées au commissariat pour examen de leur situation et leur éventuel placement en garde à vue.

La situation à Calais est très tendue depuis de nombreux mois déjà, suite à l’afflux massif de migrants qui se sont installés dans la ville. Près de 5000 d’entre eux campent aux portes de la localité, dans une zone, désormais communément appelée la « jungle ». Originaires d’Afrique subsaharienne mais aussi d’Afghanistan, ils vivent dans des conditions difficiles, espérant se rendre en Angleterre.

Les autorités françaises ont ouvert des places d’hébergement pour les plus vulnérables et commencé à installer sur le bidonville de Calais des conteneurs pouvant accueillir 1500 personnes. Mais le problème reste entier.

Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a, en effet, dénoncé vendredi dernier les conditions « alarmantes et très insalubres dans lesquelles vivent les enfants de migrants ». Le HCR a également rappelé que « les enfants sont très vulnérables. Nous savons que des trafiquants sont présents sur ces sites », a dit le porte-parole de l’organisation onusienne. « Des mesures pour simplifier les procédures de protection de l’enfance, en particulier pour les enfants ayant de la famille dans un autre Etat membre de l’UE, doivent être explorées en urgence », a-t-il réclamé. Autant dire que les migrants de Calais ne sont pas prêts de voir le bout du tunnel…