France, Libye : Eric Woerth mis en examen dans l’enquête sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy

Eric Woerth, ancien ministre du budget français, a été mis en examen pour « complicité de financement illégal de la campagne » de Nicolas Sarkozy.

Eric Woerth, ministre du Budget puis du Travail de 2007 à 2010 sous les deux premiers gouvernements François Fillon lors de la présidence de Nicolas Sarkozy, a été mis en examen pour « complicité de financement illégal de la campagne » en 2007. Cette mise en examen a lieu dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Cette mise en examen de l’ancien trésorier de la campagne et actuel député (Les Républicains) et président de la commission des finances de l’Assemblée nationale vient deux mois après celle de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy ayant été mis en examen le 21 mars dernier. La police anticorruption avait souligné dans un rapport de septembre 2017, l’« ampleur de la circulation d’espèces » dans l’entourage du candidat de la droite rappelle Le Monde.

L’affaire d’un possible financement par la Libye de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy avait démarré en 2012 lorsque Mediapart a révélé que la justice française a obtenu le carnet d’un ancien haut dignitaire du régime libyen de Mouammar Kadhafi, qui détaille trois versements destinés à financer la campagne. Au total, trois versements pour 6,5 millions d’euros ont été effectués. Mediapart révélait que ce carnet appartenait à Choukri Ghanem, ancien ministre du Pétrole par ailleurs proche de Mouammar Kadhafi. Ce haut dignitaire a consigné dans son carnet le compte-rendu d’une réunion, à la date du 29 avril 2007, où est évoqué le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. Bachir Saleh, directeur de Cabinet de Kadhafi, aurait ainsi assuré avoir transféré 1,5 million d’euros à Nicolas Sarkozy.

Deux autres versements sont détaillés dans ce carnet : un de 3 millions d’euros, envoyé par le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam Kadhdafi, et un autre de 2 millions par l’ex-chef des services secrets intérieurs libyens, Abdallah Senoussi. Au total, ce sont près de 6,5 millions d’euros qui auraient donc été transférés. Le propriétaire de ce carnet, Choukri Ghanem, est décédé il y a plus de quatre ans. Le corps sans vie de cet ancien haut dignitaire a été retrouvé flottant sur le Danube, à Vienne, le 29 avril 2012. Mediapart insiste que « de nombreuses zones d’ombres et incohérences continuent d’entourer cette disparition ». L’ancien haut dignitaire avait été retrouvé mort au lendemain de la publication, par Mediapart, d’un document évoquant l’accord des autorités libyennes pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy à hauteur de 50 millions d’euros.

Enfin, en novembre 2016, l’intermédiaire Ziad Takieddine avait affirmé avoir transporté cinq millions d’euros en liquide de Tripoli à Paris entre la fin de 2006 et le début de 2007 et de les avoir remis à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy.