France : la responsable de l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra de nouveau face à la justice

La Cour d’appel de Paris rejuge, à partir de ce lundi, la femme responsable de l’incendie meurtrier de l’hôtel Paris-Opéra, en 2005.

Dix ans après les faits, la responsable de l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra se retrouve face à la justice. En effet, la Cour d’appel de Paris rejuge à partir de ce lundi 21 septembre 2015, Fatima Tahrour, la jeune femme à l’origine de l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, en 2005.

En première instance en 2014, le tribunal correctionnel l’avait condamnée à trois ans de prison ferme pour « homicides et blessures involontaires », le procureur réclamait seulement trois ans dont deux ferme à son encontre. La nuit de l’incendie, la jeune femme de 31 ans, après une dispute avec son compagnon, qui est le veilleur de nuit de l’immeuble, avait quitté le Paris-Opéra après avoir jeté des habits sur des bougies placées au sol. Un acte qui a provoqué un incendie difficilement maitrisable pour les pompiers.

Lors de l’audience en première instance, Fatima Tahrour a reconnu être à l’origine de l’incendie tout en précisant qu’il s’agit « d’un acte irréfléchi »dont elle n’avait pas mesuré les conséquences. Les survivants lui reprochent de n’avoir pas fourni d’explication claire et honnête sur sa responsabilité. Pour son avocat Philippe Blanchetier, sa « cliente devait certes répondre de son acte mais dans la mesure de ses responsabilités, et ne pouvait pas être la seule à répondre de ce drame épouvantable ».

Dans cette affaire, le veilleur de nuit a également été condamné en première instance à deux ans de prison dont un avec sursis : sa prise d’alcool et de drogue avait, selon le tribunal, « altéré ses réflexes et fait perdre un temps précieux à l’arrivée des secours ». Son père, Rachid Dekali, gérant de l’établissement, a, lui, écopé de trois ans de prison dont un avec sursis, le tribunal estimant que son immeuble était sur-occupé. Les deux hommes n’ont pas fait appel du jugement.

L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra avait fait vingt quatre morts dont onze enfants. Ce procès intervient moins d’un mois après l’incendie d’un immeuble à la rue Myrha, dans le 18ème arrondissement de Paris, qui a coûté la vie à huit personnes dont deux enfants.

Lire aussi :

 Incendie à la rue Myrha à Paris : 8 morts dont un couple sénégalais et ses deux enfants