France : Jean-François Copé fait recette à la Grande Mosquée de Paris

Distribution de « Copé », ce vendredi matin, à la Grande mosquée de Paris, à l’occasion de l’Aïd el-Adha. Une viennoiserie pas comme les autres puisqu’elle mélange croissant et pain au chocolat. Une réaction aux propos polémiques de Jean-François Copé sur ces quartiers où les enfants ne pourraient pas manger de pain au chocolat pendant le Ramadan. L’initiative est signée Abderrahmane Dahmane, président du Conseil des démocrates musulmans de France.

« J’ai voulu faire un peu d’humour », plaisante le dirigeant du Conseil des démocrates musulmans de France, une association qui dit défendre l’intégration et le respect de la dignité des musulmans en France, et ex-conseiller à la Diversité de Nicolas Sarkozy. Son arme ? Un croissant au chocolat qu’Abderrahmane Dahmane a nommé « Copé » et qu’il a distribué, avec les membres de son association, ce vendredi matin à la Grande Mosquée de Paris. Objectif : dénoncer la stigmatisation de la communauté musulmane menée, selon lui, par le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, lors d’un discours début octobre à Draguignan (Var).

L’idée était de distribuer ces viennoiseries à l’Aïd el-Adha car, pendant les jours de fête, les musulmans ont pour habitude de « fabriquer des gâteaux et d’en donner à leurs voisins et amis ».
« Je ne comprends pas comment un enfant de l’immigration (Jean-François Copé a une mère d’origine algérienne et un père d’origine roumaine, ndrl) peut donner des leçons sur cette question, explique le président du Conseil des démocrates musulmans, en particulier envers une communauté dont certains membres sont morts pour la France. »

Pas de pain au chocolat pendant le Ramadan

Abdherrahmane Dahmane fait référence à la phrase prononcée par Jean-François Copé, le 5 octobre dernier, à Draguignan dans le Var. Le secrétaire général de l’UMP avait alors dit comprendre l’exaspération de parents de certains quartiers en apprenant que leur enfant « s’est fait arracher son pain au chocolat à la sortie du collège par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le Ramadan ». « Il est des familles de France qui vivent en silence leur souffrance », avait-il ajouté.

Les propos avaient fait polémique. Le Conseil français du culte musulman avait même porté plainte pour diffamation contre l’élu, jugeant que ce discours était « stigmatisant » et portait atteinte à « l’honneur et à la dignité de la communauté musulmane ».

En attendant, le « Copé » fait recette, 2 000 de ces viennoiseries ont été distribuées ce vendredi à la Grande Mosquée de Paris. Dans la bonne humeur. « J’en ai donné aux enfants, aux adultes, raconte Abdherrahmane Dahmane, tout le monde se marrait ». Des tracts étaient également distribués. Ainsi que la recette du « Copé » pour inciter les gens, de toutes confessions, à reprendre le message de protestation de l’association. Le président du Conseil des démocrates musulmans a promis de distribuer à nouveau des « Copé » pour d’autres grandes célébrations religieuses du calendrier musulman.

De son côté, Jean-François Copé a assuré, jeudi soir, dans l’émission de France 2 « Des paroles et des actes », que l’histoire du pain au chocolat était « vraie » et qu’il entend rappeler « ce que c’est que la laïcité (en France) ». «Ce que j’ai dénoncé avec le pain au chocolat, c’est que la religion ne doit être qu’amour mais qu’il se trouve qu’il y a des voyous qui instrumentalisent la religion », a-t-il indiqué. Il a également dit en avoir parlé avec le président du Conseil français du culte musulman.