France : 28 tirailleurs sénégalais naturalisés à l’Elysée

Le Président français, François Hollande, a délivré la nationalité française à 28 tirailleurs sénégalais, lors d’une cérémonie officielle à l’Elysée.

Ils ont combattu aux côtés des soldats français durant la seconde Guerre mondiale. Pour leur rendre hommage, le chef de l’Etat français, François Hollande leur, a délivré la nationalité française lors d’une cérémonie officielle, ce samedi 15 avril 2017.

Les tirailleurs ont servi l’armée française dans ses pages les plus glorieuses : la libération de Toulon, le débarquement de Provence. Mais aussi dans des moments plus sombres, comme la répression du soulèvement du Constantinois en Algérie en mai 1945 ou la répression à Madagascar en 1947. Jusqu’à la dissolution des dernières unités de tirailleurs dans les années 1960, plus de 200.000 ont combattu lors de la Première guerre mondiale, 150.000 pour la Seconde, et au moins 60.000 en Indochine.

« Nous sommes rassemblés pour une cérémonie d’entrée dans la nationalité française, pour des retrouvailles (…). Tous les anciens tirailleurs qui résident en France et qui en feront la demande, obtiendront la nationalité française (…). Ceux qui se sont battus pour la France et qui font le choix d’y vivre, doivent pouvoir devenir Français (…). Il a fallu mener un long combat pour que la France consente enfin à réparer cette injustice », a lancé François Hollande en ouverture de la cérémonie officielle à l’Elysée.

« Quand l’Europe bascule dans la grande guerre, la France recrute plus de 230 000 soldats en Afrique (…) Dans les ténèbres de l’été 1940, c’est d’Afrique qu’est venue la lumière des premières victoires (…) De 1940 à 1945, 160 000 tirailleurs sénégalais ont servi (…) Vous êtes les survivants de cette époque. Vous êtes une part de la mémoire de l’histoire de France », a déclaré François Hollande.

Les tirailleurs sénégalais sont des soldats recrutés à partir de 1857 dans les anciens territoires français de l’Afrique subsaharienne. Le premier contingent de tirailleurs était composé d’engagés du territoire du Sénégal. Mais les régions ayant fourni les plus gros contingents correspondraient pour les pays actuels au Mali, au Burkina Faso et à la Guinée.

Environ mille tirailleurs sénégalais vivent en France aujourd’hui, dont la moitié en Ile-de-France. Parmi eux, dix-huit habitent dans un foyer social à Bondy, avec 335 euros de pension militaire par semestre. Ils sont sans leurs familles, installées à plus de 5000 kilomètres de là, au Sénégal. Plusieurs d’entre eux ont bien tenté d’obtenir la nationalité française, mais les démarches administratives n’ont jamais abouti. Et s’ils sont en possession de toutes leurs médailles de guerre, les actes de naissance de leurs parents et grands-parents sont bien plus compliqués à récupérer, rappelle Le Figaro.

Lire aussi : France, Sénégal : la naturalisation de 15 tirailleurs fait polémique