Fosse commune en RDC : le Parlement européen demande l’ouverture d’une enquête

Une délégation de parlementaires européens en visite à Kinshasa ce mercredi a demandé l’ouverture d’une enquête après la découverte d’une fosse commune de 145 corps en périphérie de la capitale.

Les membres socialistes du Parlement européen en visite dans la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), Kinshasa, ont demandé l’ouverture mercredi d’une enquête indépendante après la découverte d’une fosse commune de 145 corps.

Ce sont des médias locaux qui avaient diffusé l’information lundi dernier. « Ce n’est pas parce que ce sont des indigents qu’ils doivent être mis dans une fosse commune », a indiqué la vice-présidente de l’assemblée parlementaire de l’UE-Afrique Caraïbe- Pacifique, Cécile Kyenge, rapporte Radio Okapi. Elle répondait aux déclarations du vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur, Evariste Boshab, qui avait déclaré que les cadavres étaient ceux d’indigents, cherchant à minimiser la découverte macabre. Il réfutait le fait que la fosse pourrait contenir des corps de manifestants tués par la police.

La Monusco va accompagner les enquêtes

La délégation de parlementaire a rencontré le ministre de la Justice, Thambwe Mwamba. Le même jour, la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) a déclaré qu’elle allait accompagner les enquêtes initiées par le gouvernement.

Près de 425 cadavres, récemment enterrés, avaient été découverts dans une fosse commune, dans la grande banlieue de la capitale Congolaise Kinshasa. Les médias locaux qui ont rapporté l’information lundi 6 mars 2015 précisent que les cadavres ont été enterrés dans une fosse commune du cimetière de Fula-Fula, dans la commune urbano-rurale de Maluku à Kinshasa.

La découverte a été faite par la population de ce coin de la capitale, qui a saisi la Monusco pour dénoncer des odeurs nauséabondes qui se dégageaient de l’endroit.