Fortes intempéries au Malawi et Mozambique, près de 200 morts

De fortes pluies se sont abattues dans la zone frontalière entre le Malawi et Mozambique, faisant près de 200 morts et au moins 100 000 sans abris.

Le Malawi et le Mozambique ont les pieds dans l’eau. De forte pluies se sont abattues dans la zone frontalière entre les deux pays, ravagée par des inondations meurtrières, qui ont fait au moins 192 morts, des dizaines de disparus et 100 000 sans-abris. « Ce à quoi on assiste n’est que le début du commencement des pluies. Le gouvernement appelle la population vivant dans les districts exposés aux inondations à se déplacer d’urgence vers des zones plus en altitude pour éviter de nouvelles pertes humaines », a déclaré Paul Chiunguzeni, premier secrétaire à la gestion des catastrophes au Malawi, dans un communiqué.

Face à la situation, les autorités sanitaires locales redoutent aussi désormais l’apparition de cas de dysenterie, choléra et fièvre typhoïde. A Blantyre, la capitale économique du Mozambique. Les pompes qui amènent l’eau potable sont engorgées par les débris et l’eau courante est coupée depuis plusieurs jours dans certains quartiers. Des résidents des quartiers pauvres ont été contraints de tirer de l’eau de puits non salubres ou de rivières sales, rapporte l’AFP.

Selon l’agence onusienne OCHA, « la situation est très grave, je ne sais pas si l’on peut dire scientifiquement que c’est du jamais vu, mais ce sont les pires inondations depuis cinq ans au Malawi, sans aucun doute ». Le bilan pourrait bien être plus lourd, selon l’OCHA, qui souligne qu’il « n’a pas cessé de pleuvoir jusqu’à maintenant, et c’est très difficile de donner un bilan complet de l’étendue des dégâts. Il va continuer de pleuvoir, en particulier dans le centre et le nord du Malawi ».

Ces genres d’inondations ne sont pas rares au Malawi qui se prépare à la saison des pluies, correspondant à l’été en Afrique australe.