Forte inflation : le Maroc dans la case rouge ?

Le roi du Maroc, Mohammed VI attendu en Algérie
Le roi du Maroc, Mohammed VI

Au Maroc, l’inflation a atteint 6,6% au terme de l’année 2022. Et l’indice annuel des prix à la consommation a enregistré une flambée de 6,6% par rapport à l’année précédente. C’est ce qu’a annoncé le Haut-commissariat au plan. Non sans préciser que dans certaines villes la flambée des prix a frôlé les 10%.

L’indice des produits non alimentaires a connu un bon, comme les Transports où une hausse de l’ordre de 12,2% a été enregistrée. Sur le seul mois de décembre 2022, l’IPC a connu une hausse de 0,1% par rapport au mois de novembre. Cette variation est le résultat de la hausse de 0,7% de l’indice des produits alimentaires et de la baisse de 0,4% de l’indice des produits non alimentaires. La presse marocaine a précisé que les prix ont augmenté à Marrakech (7,3 %), Tétouan et Meknès (6,8%), Safi (7%), Al Hoceima (8,4%), Kénitra et Beni-Mellal (8,0%), Errachidia (7,6%), Oujda (6,9 %).

Les taux de pauvreté ont augmenté au Maroc

Suffisant pour que la presse algérienne relève que les taux de pauvreté ont augmenté au Maroc. Ce, indique-t-on, après la détérioration des conditions de vie. Le journal Algérie-Focus indique que le Maroc a été placé dans la liste des pays de la zone rouge qui ont connu une forte hausse des prix, comprise entre 5 et 30 %. Selon le média, la Banque mondiale a révélé que l’inflation alimentaire au royaume chérifien a connu une hausse record, passant de 4,3 % en janvier 2022 à 14,4 % en novembre de la même année.

Citant le site Internet américain Al-Hurra TV, le journal algérien, indique que les prix élevés des denrées alimentaires et du carburant ont également suscité de vives critiques. Au banc des accusés, relève le média, le Premier ministre marocain, « Aziz Akhannouch, qui possède l’une des plus importantes sociétés de distribution de carburant au Maroc ». Toutefois, relève Hespress, la Banque mondiale a mis en garde contre la persistance de taux d’inflation élevés dans la quasi-totalité des pays à revenu faible et intermédiaire.

Lire : Hausse des prix au Maroc : appel à la grève générale et commémoration des «émeutes du pain»