Fifi-Dalla Kouyaté : une actrice au service de son continent

J.gif

Du 1er au 7 juin prochain, le cinéma africain est à l’honneur, à Paris, grâce au Jali Foly festival. Initié par l’actrice franco-malienne, Fifi-Dalla Kouyaté, cette rencontre dédiée au cinéma et à la culture africaine en est à sa deuxième édition. A cette occasion, Fifi-Dalla Kouyaté revient, pour nous, sur sa carrière, le cinéma africain et les raisons qui l’ont poussée à créer le Jali Foly Festival.

Le monde du spectacle et la vie de l’actrice franco-malienne, Fifi-Dalla Kouyaté se sont rencontrés très tôt. Artiste depuis sa plus tendre enfance, on la verra beaucoup plus tard dans plusieurs productions françaises ou africaines comme Le Médecin de Gafiré, Black Mic mac ou encore Saraka Bo, sa dernière apparition au Cinéma avant son périple américain qui s’est achevé en 2002. Petite fille d’un Français, sa vie s’est toujours partagée entre l’Europe et l’Afrique. Et sa carrière d’actrice entre le cinéma et le théâtre. Mais demeure toujours en trame de fond, son héritage de griot qui fait d’elle une véritable femme de spectacle et de communication. Ces dispositions, presque innées, l’ont conduite à créer le Jali Foly festival, un espace d’expression et de réflexion sur le cinéma africain et sur la culture d’un continent qui lui est très cher.

Afrik. Com : Comment êtes vous arrivée au cinéma ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
J’ai commencé à faire du théâtre à l’âge de 8 ans en me produisant dans des spectacles de rue. Je me suis très vite fait remarquer. J’ai par la suite intégré la troupe nationale du Mali comme comédienne, danseuse et chanteuse. J’ai même chanté pour le cinquantième anniversaire de l’empire soviétique, j’avais alors à peine 14 ans. Et puis, je suis venue en Europe parce que mon grand-père paternel était français. J’ai par conséquent toujours vécu à cheval entre l’Europe et l’Afrique. Forte d’une certaine expérience artistique, je me suis donc inscrite à l’Ecole supérieure d’art dramatique de la rue Saint-Jacques, à Paris. Peter Brooke a d’ailleurs été l’un de mes professeurs durant une très courte période en 1972. Tout en prenant mes cours, je faisais des castings. Le tout premier film européen que j’ai tourné était en Italie où j’ai été dirigée par Umberto Lenzi. Le premier long métrage dans lequel j’ai joué en Afrique, Le médecin de Gafiré, était une coproduction entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, sous la direction de Moustapha Diop.

Afrik. Com : Vous jouez dans plusieurs productions cinématographiques et puis tout à coup, vous disparaissez…Pourquoi avoir arrêté le cinéma ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
Je n’ai pas arrêté. J’ai dû partir. Au théâtre, je jouais durant mes ateliers de formation des pièces de Tchekhov, de Shakespeare…Je me suis alors dit : « pourquoi ne pas créer quelque chose d’africain ? » C’est ainsi que j’ai fait un stage de metteur en scène à la Cartoucherie de Vincennes. Et quand j’ai eu mon certificat, j’ai créé la compagnie Racine-Mandingua et mis sur pied, en 1994, un one woman show. C’était L’épopée mandingue de Soundiata Keita , le jeu théâtralisé du conteur selon la tradition du griot. Je campais plus de 20 personnages. Ça a été un franc succès et j’ai été sollicitée par plusieurs festivals dont un en Louisiane, aux Etats-Unis. C’est à ce moment là que j’ai rencontré, le grand producteur Voza Rivers, également président de l’association pour la défense de la culture noire de la ville de New York et de l’Etat de New York. Il est d’ailleurs aujourd’hui mon associé. J’ai joué cette pièce épique entièrement en anglais parce que je me disais que les Américains avaient besoin de connaître leurs origines. Je suis partie fin 97 aux Etats-Unis et je n’en suis revenue qu’en 2002. Ces cinq années d’absence m’ont un peu plongée dans l’oubli dans l’Hexagone.

Afrik.com : Pourquoi le Jali Foly, un festival dédié au cinéma africain ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
J’ai commencé par le théâtre et je me suis retrouvée au cinéma et puis après je suis revenue vers le théâtre parce que je ne voulais pas être coupée du public. C’est quelque chose qui me manquait véritablement en tant que griote. Pourquoi le Jali Foly ? Le public avait semblé apprécier tout ce que j’avais fait auparavant en dépit du fait que tous mes films aient été diffusés à des heures de faible audience. Ils ont été mis de facto dans des tiroirs. A côté de cela, nous nous retrouvions tous les deux ans au Fespaco (Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou). Et puis en 1991, nous les professionnels du cinéma africain, avons eu un atelier pendant lequel nombre de questions ont été soulevées sans qu’on ne puisse leur apporter des réponses. Ces interrogations n’ont cessé de se répéter durant les éditions suivantes. Et c’était comme si de retour de Ouagadougou, on oubliait tout. Je me suis alors dit, compte tenu de mes références, de mon expérience, des budgets qui m’étaient alloués dans le cadre de ma compagnie et du fait que nous étions pour la plupart ici, qu’il fallait créer un événement.

Afrik.com : Un événement qui fasse la transition…

Fifi-Dalla Kouyaté :
Une rencontre qui pourrait tous nous rassembler, nous permettre de poursuivre la réflexion et de donner l’occasion à tous ceux qui sont professionnels ou amateurs de montrer leur talent. A travers la compagnie Racine-Mandingua, nous avons la possibilité d’inviter des artistes peu connus pour qu’ils puissent se produire, et de distribuer des films. Cette initiative est aussi une façon de renforcer l’œuvre qu’a déjà entreprise Sanvi Panou avec Images d’Ailleurs (salle parisienne dédiée au cinéma africain et à sa diaspora, ndlr). Il y a tellement de salles de cinéma à Paris et de producteurs que si nous nous unissions, nous pourrions former un bloc assez puissant, capable de défendre au mieux les intérêts du cinéma africain. L’autre jour, je parlais avec un cinéaste et je lui disais : « pourquoi ne vas-tu pas à Cannes ? « . Rares sont les réalisateurs africains qui montent les marches à Cannes. Et pourtant, il y a des films qui passent et qui ne valent pas mieux que nos productions.J.gif

Afrik.com : D’aucuns disent que si le cinéma africain n’émerge pas, c’est aussi parce qu’il n’est tout simplement pas de bonne qualité…

Fifi-Dalla Kouyaté :
Comme partout il y a des navets, mais nous avons aussi quelques références. Pourquoi ces talents ne sont-ils pas reconnus à leur juste valeur ? L’Afrique est un continent peu développé et par conséquent le manque de moyens financiers contribue beaucoup à cet état de fait. Et puis, il faut dire que les Africains ne sont pas solidaires. Il y a une éternelle compétition entre nous, il faut que tout ça s’arrête ! C’est d’ailleurs l’une des raisons qui me motivent à organiser le Jali Foly. Il ne faudrait pas que les gens pensent que Fifi-Dalla veut se mettre en avant. Je suis fatiguée (le sourire aux lèvres) de cette histoire de griot, mais c’est mon héritage qui me rattrape. Un héritage qui me fait me sentir porte-parole, justement, des gens de ma génération et de celles d’avant. Il faut que nous nous regroupions pour faire les choses ensemble afin de nous donner véritablement les moyens de remporter la victoire dans ce combat qu’est la promotion et la mise en valeur du cinéma africain.

Afrik.com : Vous avez une longue carrière derrière vous. Estimez-vous que le statut de l’actrice noire en France ait évolué par rapport à votre époque ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
Non ! Justement, c’est tout le propos du Jali Foly. Nous tombons toutes dans l’oubli comme si nous étions un phénomène de mode. Prenez l’exemple de Lydia Ewandé, notre doyenne, ou encore de Félicité Wouassi, on n’en parle jamais alors que ce sont des actrices de talent. Essayons de nous battre pour promouvoir notre culture, pour ne pas tomber dans l’oubli…

Afrik.com : Il semble que le cinéma africain, du moins francophone, s’exprime plus en France que sur le continent alors que l’on pourrait s’attendre au contraire…A quoi cela tient-il selon vous ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
En France, il existe des structures pour promouvoir notre cinéma alors qu’en Afrique, plus qu’ailleurs, on nous impose les super-productions américaines ou des films de karaté. Le public est donc peu enclin à découvrir son cinéma.

Afrik.com : L’actrice Fifi-Dalla Kouyaté compte-t-elle revenir bientôt au Cinéma ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
Je pense bien évidemment revenir, le réalisateur Cheick Fantamady Camara m’a récemment confié un rôle. Je compte aussi passer derrière la caméra. J’ai suivi un stage de perfectionnement en tant que réalisatrice : j’ai déjà réalisé deux vidéos et un court métrage. Peut-être qu’à la prochaine édition du Jali Foly, on verra une production de Fifi-Dalla Kouyaté, qui sait ?

Afrik.com : Le Jali Foly Festival en est à sa deuxième édition. Quel bilan peut-on faire du premier et qu’attendez-vous dans cette optique de cette nouvelle édition ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
Je ne m’attendais pas à une telle réussite pour la première édition. Cela m’a vraiment encouragée tout comme le soutien, cette année, du CNC (Centre national de la cinématographie, organisme qui promeut le cinéma en France, ndlr). J’espère que le Jali Foly grandira davantage chaque année, que ce sera un festival pluridisciplinaire dont le cinéma reste le cœur. Mais par dessus tout, j’espère qu’il sera véritablement un creuset de la culture noire.

Afrik.com : Quels seront les temps forts de cette deuxième édition ?

Fifi-Dalla Kouyaté :
L’ensemble du festival sera un temps fort consacré surtout au cinéma, mais aussi à la musique et à la littérature. Mais cette année, nous rendrons un hommage tout particulier à Jean Rouch, « le papa du cinéma africain », parce qu’il a aidé beaucoup de réalisateurs de ce continent, à Manbety Diop et à Balamoussa Keïta, le doyen des acteurs maliens.