Femmes et religion au Sénégal : quel espace aujourd’hui ?

Au Sénégal, l’Islam occupe une place très importante : il régit presque toute la psychologie collective. Parce que quelques textes religieux sont interprétés de façon à considérer la femme comme un être inférieur, de nombreuses féministes estiment que l’Islam constitue une entrave à l’émancipation des femmes. Or le rôle des femmes dans l’univers religieux sénégalais, leur façon d’innover dans cet espace si particulier, est plus complexe qu’il n’y paraît.

Par Penda Mbow

Dès les années 80, une analyse critique de la place de la femme dans les sociétés islamiques s’est développée, coïncidant avec la montée du réformisme et de l’intolérance au Sénégal.

A cette époque, la vie se révélait très dure pour toute femme qui osait évoquer le Coran, surtout lorsque les prédicateurs à la radio, à la télévision nationale justifiaient la légitimité, par exemple, de battre sa femme « selon les prescriptions du Coran ».

Des textes souvent défavorables aux femmes furent mis en exergue, des références religieuses sur l’obéissance de la femme, sur le caractère presque obligatoire de fonder un foyer, de faire des enfants et d’accepter la polygamie comme une fatalité. Par ailleurs, les femmes étaient légalement considérées comme des mineures.

Mais la volonté des femmes d’évoluer, avec – il faut le souligner – la pression de la communauté internationale, ouvrirent de nouvelles perspectives très intéressantes. Les femmes sénégalaises occupent aujourd’hui une place certaine dans la vie religieuse. La participation au débat intellectuel public fut la première étape pour rendre visible le rôle des femmes dans la religion.

Par exemple, l’interprétation du verset 34 de la Sourate An Nissai qui affirme que les hommes sont les « défenseurs » des femmes. Alors que nombreux sont ceux qui mettent en avant ces vers comme preuve de l’infériorité de la femme dans l’Islam, ils n’ont que rarement porté leur attention sur la justification qui suit dans le même verset et qui décrit une réalité de facto : « parce qu’ils dépensent leurs biens pour subvenir aux besoins des femmes ». Ainsi, l’autorité des hommes sur les femmes dépend de la capacité des premiers à subvenir à l’ensemble des besoins des secondes. Puisque de nos jours, les femmes subviennent de plus en plus à leurs besoins propres, à ceux de leur progéniture et voire de leur mari, cette prééminence des hommes se justifie très difficilement.

Mais au-delà de l’interprétation des textes religieux, les femmes sénégalaises ont aussi créé un espace pour elles-mêmes dans d’autres domaines de la vie religieuse.

Un des premiers exemples est Sokhna Maguat Diop. Cette femme a hérité de la charge de son père, guide religieux de l’ordre soufi des Mouride à Dakar, après le décès de ce dernier dans les années 80. Non seulement elle devint la propriétaire des terres cultivées par les disciples de l’ordre, mais elle leur donnait également des conseils religieux et nommait elle-même les imams.

Un autre exemple sera la tentative de création d’un ordre soufi, apanage des hommes jusque-là, par une ancienne journaliste, Ndiaye Mody Guirandu, décédée dans les années 90. Elle fut un phénomène intéressant parce qu’illustratif du rôle et du statut auquel les femmes peuvent prétendre légitimement au Sénégal. Les critiques soulevées par la vocation de Ndiaye Mody sont éclairantes : pourquoi dans un pays où l’Islam se trouve au centre de toutes les activités, où l’eschatologie constitue un exercice au quotidien, Ndiaye Modu serait-elle considérée comme une « hérétique » (par rapport à l’orthodoxie) ? Elle constitue une rupture parce que jusque-là, la seule présence des femmes en religion se limitait à leur mobilisation dans les associations religieuses et surtout à l’organisation des différentes cérémonies. Mais pas à l’appartenance à l’élite religieuse.

Dans un pays comme le Sénégal, renforcer ou dominer sa position dans la sphère religieuse, comme participer au pèlerinage annuel à la Mecque, peut servir de tremplin social pour les femmes. Malgré leur marginalisation du pouvoir politique, leur mise à l’écart de la participation aux affaires publiques, du contrôle des terres et du leadership de la pratique religieuse dans les lieux publics, les femmes ont commencé à bouleverser ce statu quo en faisant prendre conscience de l’importance des questions religieuses pour les femmes, en encourageant un débat public sur les rôles des femmes au Sénégal et en prenant part aux cérémonies religieuses.

Cet état des lieux, bien qu’encourageant, reste incomplet si la réflexion sur les rapports entre hommes et femmes n’intègre pas la démocratie et la laïcité, questions sans lesquelles il serait illusoire de parler d’égalité.

Penda Mbow est une historienne sénégalaise. Elle est professeur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et présidente du Mouvement citoyen. Cet article fait partie d’une série sur les sociétés musulmanes moins connues, écrit pour le Service de presse Common Ground (CGNews).

Source: Service de Presse de Common Ground (CGNews), 13 mars 2009, Reproduction autorisée.