Femen Tunisie : Amina Tyler attaque seins nus, avec un cocktail Molotov

Pour avoir été arrêtée en possession d’une bombe lacrymogène après avoir peint le mot « Femen » sur le muret d’un cimetière dans le but de dénoncer un rassemblement salafiste interdit par les autorités tunisiennes, Amina Tyler a passé près de deux mois en prison. A peine élargie de prison, elle poste une photo d ‘elle, seins nus, cigarette à la main, allumée grâce à la flamme produite par un cocktail Molotov qu’elle tient.

Amina Sbouï plus connue sous le nom d’Amina Tyler ne compte vraiment pas baisser les bras. A peine sortie de prison, la jeune fille fait encore parler d’elle. Elle a en effet posté une photo d’elle, seins nus, cocktail Molotov en mains, en train d’allumer une cigarette. Sur son torse, on peut lire les écrits suivants : « We don’t need your dimocracy ». En clair : « Pas besoin de votre démocratie ». A sa façon, la jeune Femen proteste contre ce qu’elle appelle la fausse démocratie des islamistes tunisiens.

Arrêtée pour profanation de sépulture

Amina avait commencé à faire parler d’elle en mars 2012. Alors qu’elle avait posté sur le réseau social Facebook, des photos d’elle, seins nus. Ce qui avait à l’époque choqué les Tunisiens qui n’étaient pas habitués à de pareilles scènes. En plus, sur son corps, il y avait les inscriptions suivantes : « Mon corps m’appartient, et n’est source d’honneur pour personne ». Ce qui était vu comme un scandale, surtout en Tunisie.

Des Tunisiens commençaient à réagir en menaçant Amina de mort. Malgré tout, la jeune fille poursuivait ses sorties. Pour avoir peint le mot « Femen » sur le muret d’un cimetière, dans l’unique but de dénoncer un rassemblement salafiste interdit par les autorités tunisiennes, en mai dernier, Amina Tyler est arrêtée et incarcérée pour profanation de sépulture.

Autre plainte pour outrage à gardien de prison

Du fond de sa cellule, elle fait parvenir un message provocateur : « je suis libre, plus libre que certains qui sont dehors (…). Je me sens bien dans ma peau (…) ». Amina va cependant corser sa situation lorsqu’elle a tenté de dénoncer des exactions notées dans la prison où elle était incarcérée. Ce qui lui vaudra un autre chef d’accusation. A l’origine de cette nouvelle inculpation, des révélations de cas de tortures en prison confiées à ses avocats, lors d’une audience avec ses défenseurs. Le directeur de la prison de Sousse tente de faire diversion en portant plainte contre elle, affirmant qu’elle serait intervenue dans une altercation avec un autre détenu et l’aurait insulté. Le lundi 29 juillet dernier, la justice tunisienne a prononcé un non-lieu pour Amina Tyler, pour des faits d’outrage envers un gardien de prison.

Libre, cocktail Molotov à la main

Amina Tyler restait tout de même en détention pour avoir inscrit le mot Femen sur le muret d’un cimetière. Au moment où l’on s’y attendait le moins, son avocat annonce sa libération imminente. Nous sommes dans l’après-midi du jeudi 1er août 2013. « Ma cliente sera libre dans quelques heures, je ne m’y attendais pas », s’était en effet exclamé son avocat, Me Halim Meddeb. Amina Tyler était donc libre ce jeudi. Deux semaines plus tard, jour pour jour, la voilà poster une photo…explosive, cocktail Molotov en main, cigarette à la bouche.