Faso 2007 : Tomasi double la mise

ASO5.jpg

Il aura fallu attendre la veille de l’arrivée finale pour assister à un sprint massif en fin d’étape. Dans le registre, toutes les émotions qui peuvent être connues sur ce type de finish ont pu être passées en revue aux abords de Zorgho : la poursuite d’un petit groupe d’échappés à l’avenir incertain, la préparation d’un train à plusieurs wagons par l’équipe d’Alsace, la crise de confiance du leader Mickaël Schnell, un peu trop pressé de lever les bras, et l’attente du verdict de la photo-finish. C’est finalement Julien Tomasi qui offre une nouvelle victoire à l’Alsace, la deuxième à son compteur personnel après son succès de Kaya. Côté Marocain, la journée se termine comme prévu en jaune, mais aussi en rose, Mohammed Er Ragragui ayant pris la tête du classement des points chauds.

La collection continue. Certains se sont imaginés que les 110 kilomètres à parcourir entre Fada N’Gourma et Zorgho prendraient l’allure d’une simili journée de repos après le coup de massue donné au peloton par Adil Jelloul. Mais l’esprit est toujours à la conquête du côté des Marocains, qui décident de déshabiller Vincent Viet pour s’emparer du maillot rose, un des seuls qui manque à la collection du clan. C’est Mohammed Er Ragragui qui est responsable de cette mission, pour laquelle il s’échappe dans un premier temps avec sept coureurs. Trois kilomètres plus loin, ce sont trente coureurs qui se retrouvent en tête, Viet ayant saisi le sens de la charge marocaine. Sur le sprint intermédiaire de Diapangou (km 14), le coureur de l’équipe d’Essonne perd pour un point chaud sa place de leader.

Un gruppetto s’organise

Un regroupement général s’opère après cette manœuvre. Mais le rythme élevé, toujours entretenu par les Marocains, provoque de gros dégâts dans le peloton. Après moins de 40 km de course, le groupe principal ne comporte plus que 45 coureurs. Les équipes d’Alsace et du Maroc s’y trouvent au complet, ainsi que tous les porteurs de maillots distinctifs et les 25 premiers du classement général. Pour les autres, un gruppetto s’organise !


Un précieux point pour Er Ragragui

ASO5.jpgKiba (Bur) et Appert (Fra – CEN) tentent leur chance en accélérant au km 45. Leur évasion ne dure qu’une trentaine de kilomètres, c’est-à-dire jusqu’au deuxième sprint intermédiaire, où doit se jouer un nouvel épisode de la conquête du maillot rose. La réaction de Viet lui permet de revenir provisoirement à égalité de points. Mais dix kilomètres plus loin, à Sapaga, Er Ragragui remporte le précieux point qui lui donne la tête du classement spécifique.

Tomasi, pour un quart de roue

Dans la foulée, une nouvelle échappée se constitue, avec l’inévitable Mahamadi Sawado(Bur), Karraz (Mar), Tall (Bur), Tekou (Cam) et Tomasi (Fra – ALS). Les cinq associés gardent espoir pendant une vingtaine de kilomètres, mais sont repris à 8 km de l’arrivée. Plusieurs équipes semblent alors décidés à en découdre au sprint, notamment la Belgique et l’Alsace. Tomasi se remet au travail, avec la première ambition d’aider Mickaël Schnell à défendre son maillot vert. Sur la ligne d’arrivée, les Alsaciens se réjouissent par anticipation, sans savoir si le retour de Lionel Syne avait ou non anéanti leurs efforts. La photo-finish est incontestable : pour un quart de roue d’avance, c’est Tomasi qui s’impose.

Crédit texte et photos : Amaury sport organisation