Fadimatou Iyawa Ousmanou a été élue présidente du Bureau exécutif du Conseil national de la jeunesse du Cameroun

Après deux jours de discussions houleuses, c’est finalement Fadimatou Iyawa Ousmanou, originaire de la Région de l’Adamaoua, qui a été élue présidente du Bureau exécutif du Conseil national de la jeunesse du Cameroun (Cnjc).

Les délégués venus des quatre coins du pays sont restés du samedi 31 mars au 1er avril 2018 dans la salle des conférences du Cercle municipal de Yaoundé pour élire un bureau de dix personnes, en disent long sur les péripéties et les incidents qui ont émaillé le processus électoral pendant l’Assemblée générale du Cnjc (Conseil national de la jeunesse du Cameroun).

Le cas le plus rocambolesque est celui du candidat Mengue Olama Elie, porte flambeau de la Région du Centre. Pendant la vérification des conformités des documents de tous les candidats au poste de président, on a découvert que Mengue Olama Elie détenait à lui seul quatre dates de naissance : 13 mars 1979, 13 septembre 1984, 13 mars 1983 et 13 mars 1987.

A cause de ces tricheries, le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique a pris la décision au soir du samedi 31 mars 2018, de le déclarer inéligible.

Ipando Makaya Patrick, délégué de la Région de l’Est, Ngen Yves Riyuh, délégué de la Région du Nord-Ouest et Onguene Essama Cyprien Parfait, délégué de la Région du Sud, ont été aussi exclus des joutes électorales pour des raisons de multiples identités.
Curieusement, malgré ces preuves flagrantes de fraudes, ces prétendants au poste de président du Cnjc sont retournés libres chacun chez soi sans être inquiété par la police.

Finalement sur les trois postulants dont les dossiers de candidature ont été validés, Fadimatou Iyawa Ousmanou, originaire de la Région de l’Adamaoua qui a été élue présidente du Bureau exécutif du Conseil national de la jeunesse du Cameroun , sa liste dénommée « A », a remporté le scrutin avec 20 voix (45,45%), contre 17 voix (36,43%) pour la liste « C » et 06 voix (13,63%) pour la liste « B ».

La nouvelle présidente, Ingénieure informaticienne et âgée de 25 ans hérite d’un mandat de trois ans en remplacement de Jean Marc Afesi Mbafor.

Institué par décret présidentiel en 2009, le CNJC a pour rôle d’aider le gouvernement sur les questions de la jeunesse, toutefois, les actions de ce dernier ne sont pas reluisantes, espérons que Fadimatou Iyawa pourra mettre en branle ses promesses de campagne.