Eyadéma malade ?

Gnassingbé Eyadéma est-il malade ? Depuis son retour d’Italie la semaine dernière, son état de santé est commenté par toute la presse locale. Et fait l’objet des rumeurs les plus folles. Entre spéculations et démentis, difficile de distinguer le vrai du faux.

Elle court, elle court la rumeur… Le Président togolais Gnassingbé Eyadéma est-il malade ? La question s’affiche à la Une des journaux locaux depuis plus d’une semaine. Depuis que le chef de l’Etat est revenu d’un voyage entouré de mystères en Italie. Alors que l’Agence des missionnaires catholiques Misna annonçait le 28 août que le Président était hospitalisé dans une clinique milanaise depuis quelques jours, le site officiel du gouvernement togolais, Republic of Togo dénonçait « une volonté évidente de nuire », expliquant que le Président se trouvait en Italie dans le cadre d’une visite privée.

A son retour au pays, le 30 au soir, le général est allé directement à Kara (environ 410 km au nord-est de Lomé). Sans passer par la capitale. Ce qui a immédiatement suscité de multiples spéculations. C’est Ici Lomé qui a évoqué en premier un possible cancer de la gorge. Une information reprise par Le Togolais qui écrit que « sa maladie éventuelle relance le débat sur l’avenir du régime du dictateur » et qui conseille à la présidence de « publier un bilan de santé », « pour couper court à la rumeur ».

Pronostic critique

Le porte-parole du gouvernement, de son côté, est catégorique : « Le chef de l’Etat se porte bien. Il ne faut pas se fier à ce genre de rumeurs. Il travaille. Il a reçu, mardi dernier, Moïse Lida Kouassi, ancien ministre ivoirien de la Défense et actuel conseiller du Président Laurent Gbagbo pour parler de l’évolution de la situation en Côte d’Ivoire. Certains vont profiter de l’occasion pour faire croire à leurs lubies habituelles mais tout est faux ».

Gnassingbé Eyadéma aurait quitté l’Italie contre l’avis de ses médecins (source Le Togolais). Mardi, le site de l’UFC (Union des forces de changement, le parti de l’opposant Gilchrist Olympio), va plus loin, annonçant que le Président serait reparti en Italie « en raison de l’aggravation de son état de santé ». « Selon des sources autorisées », poursuit le site, « il serait dans une clinique de Rome. Une source de plus haut niveau parle d’un pronostic critique. Tout cela peut expliquer la présence en Europe de Faure Gnassingbé, Ouattara Natchaba et de sa fille Gnékélé. »

Du côté de l’opposition

Si ces informations venaient à se confirmer, se poserait alors la question de la gestion du pouvoir, voire de l’après-Eyadéma. « Nous savons qu’il est malade mais nous n’avons pas d’informations précises sur son état de santé », explique Maurice Dahuku Pere, joint dans la capitale. L’ancien président du Parlement togolais et président du Pacte socialiste pour le renouveau, poursuit : « On ne peut se réjouir de ce genre de choses. Pour autant, la lutte politique n’intègre pas la maladie. L’opposition est prête à gérer la situation. »

Même réaction chez Gilchrist Olympio : « Je suis un adversaire politique et non un adversaire personnel de Eyadéma », déclarait-il le 3 septembre dans la revue de presse de l’UFP. « La presse internationale nous a appris le 28 août que M Eyadéma est malade et que c’est sérieux mais nous n’avons pas en ce moment une concordance sur les informations qui nous parviennent. (…) Si le Président devait quitter la vie politique à la suite de cette maladie, cela ne serait pas une victoire pour nous. Nous voulions son départ politique. (…) » S’il devait se retirer, ses fils, l’armée, l’opposition et son parti politique (le Rassemblement du peuple togolais, RPT) seraient prêts à lui succéder. « Pour l’instant », comme le résume Le Togolais, « le suspense sur l’état de santé de Gnassingbé Eyadéma et ses conséquences sur la vie politique togolaise demeure entier ».