Expulsion de Nigérians : l’Afrique du Sud présente ses excuses au Nigeria

L’Afrique du Sud a présenté des excuses publiques au Nigeria ce mercredi pour avoir expulsé 125 de ses ressortissants début mars. Lagos les a acceptées.

Les autorités sud-africaines ont publiquement présenté leurs excuses ce mercredi à leurs homologues nigérians après le conflit diplomatique qui a opposé les deux pays. Elles ont été acceptées par Lagos. A l’origine de la brouille, l’expulsion de 125 ressortissants nigérians, le 2 mars dernier, à leur arrivée à l’aéroport international OR Tambo de Johannesburg. La police des frontières a renvoyé les voyageurs nigérians dans leur pays, estimant que ceux-ci n’étaient pas munis de certificats de vaccination en règle contre la fièvre jaune.

La presse nigériane avait fortement relayé cette mésaventure qui avait non seulement suscité la colère et l’indignation des Nigérians, mais aussi de vives réactions de la part du gouvernement fédéral. Le Nigeria avait d’ailleurs, à son tour le 7 mars, refusé l’entrée sur son territoire à 131 Sud-Africains. La compagnie aérienne nigériane Arik Air, qui a transporté les personnes refoulées, a annoncé au lendemain de l’incident qu’elle suspendait ses vols vers l’Afrique du Sud et que « les vols réguliers en provenance et à destination de Johannesburg seraient exclusivement assurés le week-end comme mesure temporaire », selon un communiqué de l’agence publié le 3 mars.

Affrontement par citoyens interposés

Les désaccords entre les deux géants africains vont largement au-delà de cet incident diplomatique. L’Afrique du Sud est la première économie du continent et le Nigeria, grâce à ses 152 millions d’habitants, reste le premier marché africain. Une situation qui fait des deux pays des rivaux économiques.

Sur le plan politique, le Nigeria et l’Afrique du Sud sont en concurrence pour éventuellement représenter le continent africain au Conseil de sécurité des Nations unies. En janvier dernier, lors du sommet de l’Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba, le Nigeria n’a pas apporté son soutien à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini Zuma, candidate à la présidence de la Commission de l’Union africaine.
Par le passé, les deux pays ont déjà démontré qu’ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde en matière de politique internationale. Des dissensions se sont fait jour, notamment dans la gestion des crises libyenne et ivoirienne par le Nigeria et l’Afrique du Sud.

Lire aussi:

 Afrique du Sud – Nigéria : de l’eau dans le gaz…