Expulsés de Brazzaville : la RDC va fermer le site de Maluku

Le gouvernement RD-congolais a indiqué, mercredi, qu’il procédera, la semaine prochaine, à l’évacuation du site de Maluku, à Kinshasa, où sont regroupés les derniers expulsés de Brazzaville.

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a annoncé, mercredi, la fermeture prochaine du site où sont regroupés les expulsés de Brazzaville, à Maluku, dans l’est de la ville de Kinshasa. Selon le ministre congolais des Affaires sociales, Charles Nawej, les derniers expulsés, environ 2400, seront conduits dans leurs provinces d’origine dès la semaine prochaine.

« C’est vraiment une question de jours. Pour l’instant, nous maintenons les gens en attendant les dernières évacuations. Or, la semaine prochaine, ceux qui doivent aller par avion partiront par avion. Il y aura un navire qui va prendre 600 personnes. Il ne restera plus sur le site que les 1 400 personnes de la ville de Kinshasa », a expliqué le ministre à Radio Okapi. Le gouvernement tient lui-même à organiser le retour des expulsés dans leurs provinces d’origine afin d’assurer leur sécurité. « Nous avons déjà organisé six rotations d’avion au niveau des provinces. Les provinces qui ne sont pas accessibles par la route ni par la voie fluviale, nous organisons des retours par la voie aérienne. Le gouvernement tient à ce que personne n’intervienne dans ces opérations d’évacuation puisque nous voulons les faire dans des conditions de sécurité maximale », a expliqué le ministre des Affaires sociales.

Même traitement pour les Kinois

« Des kits de retour ainsi qu’un fonds de soudure qui leur permet de retourner dignement dans leurs milieux d’origine » sont distribués aux expulsés, a indiqué Charles Nawej. Il a promis le même traitement aux expulsés qui rentreront prochainement dans leurs communes à Kinshasa, ainsi que des bus qui seront mis à leur disposition. « Nous allons faire la même chose pour ceux de Kinshasa et nous mettrons des bus à leur disposition au même titre que nous mettons des bateaux pour ramener les gens en province », a souligné le ministre.

Les derniers expulsés regroupés à Maluku sont au nombre de 2 400, dont près de 1 000 enfants, et vivent dans des conditions précaires. Des ONG, à l’instar de l’organisation catholique Caritas, ont invité les généreux donateurs à aider les expulsés de Brazzaville.