Éthiopie : le premier convoi d’aide humanitaire arrive au Tigré


Lecture 2 min.
Camion du PAM
Un camion du PAM

Huit jours après l’annonce d’une « trêve humanitaire illimitée » par le gouvernement éthiopien dans la guerre qui l’oppose au Tigré, les premiers camions d’aide humanitaire arrivent au Tigré « dans quelques heures ».

Attendu depuis plusieurs jours, le premier cortège de camions d’aide humanitaire s’est ébranlé vers le Tigré. Au total, 21 camions –20 chargés d’aide alimentaire et un camion-citerne de carburant chargé du ravitaillement du convoi– ont commencé le périple en direction du Tigré, en passant par la région Afar, a annoncé, jeudi, le gouvernement éthiopien. Bloqué jeudi soir par les forces régionales afar, le convoi n’a pu reprendre la route que ce vendredi, selon une source rapportée par l’AFP.

Le mouvement de camions en route vers le Tigré a été confirmé par le porte-parole du TPLF, Getachew Reda, joint depuis Nairobi par l’AFP, cet après-midi. Les « 20 camions sont désormais dans la zone –de l’Afar, ndlr– sous notre contrôle, en route vers Mekele », la capitale du Tigré qu’ils devraient atteindre d’ici à « quelques heures », a-t-il indiqué. Dans quelques heures donc, quelque « 500 tonnes (…) de nourriture et denrées nutritionnelles dont ont urgemment besoin les communautés sur le point de mourir de faim », seront au Tigré, à en croire un tweet du Programme alimentaire mondial (PAM).

C’est la première fois, depuis la mi-décembre, qu’une aide a été acheminée par la route en direction du Tigré. Seuls quelques produits médicaux et des denrées alimentaires ont pu être convoyés en quantités insuffisantes par voie aérienne pendant la période au Tigré où 4,6 millions de personnes sur une population de 6 millions d’habitants sont exposés à une « insécurité alimentaire », et 2 millions à une « pénurie extrême de nourriture », selon les chiffres publiés par le PAM, en janvier.

Le convoi humanitaire qui vient de s’ébranler était, en réalité, dans l’attente depuis des semaines à Semera, capitale de l’Afar, de l’autorisation des autorités de la région pour démarrer. Le PAM avait attendu d’obtenir de la part de ces autorités l’assurance que le convoi pouvait traverser la région sans craindre, comme par le passé, d’être attaqué par les habitants.

A lire : Éthiopie : à quand les effets de la trêve ?

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter