Etats-Unis : Trump bannit les migrants originaires de « pays de merde »

Lors d’une réunion à la Maison Blanche, le Président américain, Donald Trump s’est demandé « pourquoi voulons-nous que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? », faisant allusion à la migration.

Le Président américain, Donald Trump, lors d’une réunion à la Maison Blanche, ce jeudi 11 janvier 2018, s’est, selon le Washington Post, CNN et le New York Times, demandé « pourquoi voulons-nous que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? »

Recevant des sénateurs démocrates et républicains pour tenter de trouver un accord afin de régulariser la situation des « dreamers », ces jeunes arrivés illégalement aux Etats-Unis quand ils étaient enfants, souligne 20 Minutes, Donald Trump s’est dit ouvert à une amnistie à condition que les démocrates approuvent son mur à la frontière mexicaine et la suppression d’un programme d’attribution de cartes vertes par tirage au sort. Surtout que le programme de protection Daca, mis en place par Obama, arrive à échéance.

Alors que le démocrate Dick Durbin détaillait une proposition pour réduire cette loterie en échange d’un statut protégé pour des étrangers en situation irrégulière originaires d’Haïti, du Salvador et de certains pays d’Afrique, révèle CNN, Donald Trump aurait répondu en demandant « Pourquoi voulons-nous que toutes ces personnes originaires de pays de merde viennent ici ? ». Toujours selon 20 Minutes. Donald Trump aurait utilisé l’expression vulgaire « shithole countries », précise le site.

Une sortie qui commence à créer l’ire avec une sortie de l’ancien président mexicain Vicente Fox, qui critique régulièrement Donald Trump, dont le grand-père, Frederick, a émigré aux Etats-Unis depuis la Bavière, en 1885. L’ancien dirigeant a en effet a taclé le Président américain en ces termes : « Donald Trump, c’est ta bouche qui est le pire shithole du monde. Avec quelle autorité proclames-tu qui est le bienvenu en Amérique et qui ne l’est pas ? La grandeur de l’Amérique s’est construite sur la diversité, ou as-tu oublié tes origines d’immigrant ? »