Espagne : Les saisonniers africains se rebiffent

Le maraîcher de l’Europe connaît de plus en plus de tensions entre Espagnols de souche et les saisonniers originaires d’Afrique. Des saisonniers auxquels les employeurs ont largement recours.

Plus de six mois après les émeutes raciales à El Ejido, l’actualité espagnole est secouée par des incidents épisodiques entre saisonniers africains et les populations locales.

Selon le quotidien catalan La Vanguardia, la petite ville d’Alcarràs (région de Lerida) a connu une véritable émeute après qu’un immigré angolais a été blessé à l’intérieur d’un café dans des conditions obscures. La version officielle d’une chute d’ivrogne n’ayant pas convaincu ses camarades, quelques 200 comparses d’origine subsaharienne ont saccagé le bar, avant de s’en prendre au patron de l’établissement qui a été admis à l’hôpital Arnau de Vilanova. La police les a dispersés sans ménagements. Ils se sont rassemblés ensuite sur la place principale de la petite ville d’Alcarràs (région de Lerida), brandissant des pancartes et criant des slogans comme « Je ne suis pas un animal  » ou  » Halte au racisme à Alcarràs. Noir à vendre « .

Médiation du maire

Le maire de la ville a tenté une médiation, assurant que le café  » resterait fermé tant que les conditions de l’incident ne seraient pas complètement éclaircies « . Mais les immigrés qui accusent la direction de l’établissement de multiplier les agressions racistes ne se sont pas laissés amadouer : ils ont bloqué les sorties de la ville et empêché leurs collègues de rejoindre leur lieu de travail.

Ce coup de colère fait suite à d’autres incidents dans les localités voisines de Aitona et Soses. A Aitona, des saisonniers maghrébins ont manifesté pour protester contre les forces de l’ordre. A Soses, ils ont été plus d’une centaine à se mettre en grève, obtenant une augmentation de 60 pesetas ( 3 FF) de l’heure.