Espagne : arrestation de deux Marocains suspectés de recruter pour l’EI

La police espagnole a arrêté, ce mardi, deux personnes, un Marocain et une Marocaine, soupçonnées de recruter, aux îles Canaries et en Catalogne, des candidats pour rejoindre le groupe Etat islamique (EI).

L’Espagne aussi est à la traque des candidats qui tentent de rejoindre l’organisation de l’Etat islamique (EI). La police espagnole a arrêté, ce mardi 8 décembre2015, deux personnes, un Marocain et une Marocaine, soupçonnées de recruter, aux îles Canaries et en Catalogne, des candidats pour rejoindre les rangs de l’organisation de l’Etat islamique. Les deux suspects avaient diffusé des avis de recrutement sur internet et adressé des menaces de mort en Espagne et en France, a précisé le ministère espagnol de l’Intérieur.

L’organisation de l’Etat islamique inquiète beaucoup les pays occidentaux. Le groupe armé qui contrôle des territoires entiers de la Syrie et d’Irak, mène aussi une propagande auprès de certains jeunes en Europe qui n’hésitent pas à se connecter sur leur site pour comprendre le fonctionnement de l’organisation. Des centaines de jeunes Français et Belges notamment ont rejoint les rangs de l’organisation de l’Etat islamique.

Selon une étude de l’IHS, publiée ce lundi 7 décembre 2015, le groupe armé engrange 80 millions de dollars par mois, soit 75 millions d’euros, de revenus dans les territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak. D’après cet organisme basé à Londres, le groupe terroriste tire environ la moitié de ses revenus des taxes qu’il prélève et 43% du pétrole et du gaz, un secteur affaibli par les bombardements de la coalition internationale de lutte contre l’EI et ceux de la Russie.

D’après cette étude, le groupe terroriste a six sources principales de revenus : la production et le trafic de pétrole et de gaz, la taxation des activités commerciales sur les territoires qu’il contrôle, la confiscation de terres et de propriétés, le trafic de drogues et d’antiquités, les activités criminelles comme les braquages de banques ou les enlèvements contre rançon ainsi que les entreprises publiques, soulignant qu’il n’est pas dépendant de dons de riches particuliers, notamment du Golfe, contrairement à Al-Qaïda.

De son côté, la coalition internationale contre l’organisation armée s’organise. Le Président Barack Obama a déclaré, dimanche, que son pays détruirait l’organisation armée. « Nous allons détruire le groupe Etat islamique et toute autre organisation qui chercherait à nous nuire », a assuré Barack Obama, lors d’une allocution solennelle à la Maison Blanche, quatre jours après la fusillade qui a fait 14 morts à San Bernardino, en Californie, perpétrée par un couple musulman radicalisé. Il a aussi appelé les musulmans à « lutter contre les idéologies extrémistes ».

Le chef de l’Etat a aussi appelé ses compatriotes à ne pas céder à la peur ou à la tentation de stigmatiser les musulmans. « L’EI ne parle pas au nom de l’islam, ce sont des voyous, des tueurs », a-t-il martelé, appelant à considérer les musulmans comme des alliés plutôt qu’à « les repousser à travers la suspicion ou la haine ».