Erykah Badu nue : JFK se retourne dans sa tombe

Le clip du titre « Window Seat », premier single du nouvel album d’Erykah Badu, New Amerykah, Part Two (Return of the Ankh) , dans les bacs le 30 mars, suscite une vive polémique aux Etats Unis. La chanteuse soul y fait un strip-tease intégral à Dallas, dans l’avenue même où avait été assassiné le président américain John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963 .

Shocking ! Erykah Badu dans le plus simple appareil dans les rues de Dallas. Depuis hier, le strip-tease de la chanteuse fait un incroyable ramdam dans la presse américaine. L’artiste, qui voulait assurer la meilleure exposition possible à son nouvel album, a réussi là un coup de maître. Jusqu’aux autorités qui se sont émues de cette mise en scène, regrettant l’absence d’autorisation de filmer. Et les tenants du puritanisme d’évoquer le choc qu’auraient pu subir les passants à la vision de ce corps pulpeux.

Face aux critiques, Erykah Badu s’explique via son compte Twitter. « J’ai prié pour que les enfants ne soient pas traumatisés », dit-elle. « Mais au fur et à mesure que j’avançais, je me sentais de plus en plus libérée. J’étais tellement stressée à l’idée de me faire arrêter par la police que j’en ai oublié que j’étais nue », ajoute-t-elle, avant de préciser qu’elle s’est « enfuie tout de suite après avoir terminé ».

Pour justifier sa démarche, la chanteuse évoque sa volonté d’exprimer la nécessité de se libérer des entraves que la société impose : « La chanson Window Seat aborde l’auto-libération, le fait de s’affranchir de toutes ces enveloppes et ces démons qui sont des entraves à notre croissance ou notre liberté, c’est-à-dire l’évolution. Je voulais faire quelque chose qui dise cela, alors j’ai commencé à penser à l’effeuillage, la nudité, enlever des choses d’une façon très artistique. Je viens du théâtre, et c’est une forme d’expression pour nous, une forme d’art. » Une forme d’art, tout en courbes et en rondeurs, que JFK, grand amateur de jolies femmes, aurait sans doute appréciée.