Ernest Koroma est élu président du Sierra Leone

Avec 54,6 % des suffrages, Ernest Koroma, candidat du premier parti d’opposition, le Congrès de Tout le Peuple (APC), remporte le deuxième tour des élections présidentielles en Sierra Leone. Il devance Solomon Berewa, vice président sortant du Parti du Peuple de Sierra Leone (SLPP).

Et le vainqueur est… Ernest Koroma. Il n’aura fallu pas moins de 9 jours pour que les résultats officiels du deuxième tour des élections présidentielles, qui se sont déroulées le 8 septembre, soient publiés. C’est donc le candidat de l’opposition, du Congrès de Tout le Peuple (APC) qui sort gagnant de ce scrutin avec 54,6% des voix contre 45,4% pour son concurrent Solomon Berewa, vice-président sortant du Parti du Peuple de Sierra Leone (SLPP), selon une déclaration, ce lundi, de la Commission électorale nationale (NEC). « M. Koroma a été dûment élu président de la République de Sierra Leone lors de l’élection présidentielle de 2007 », a déclaré Christiana Thorpe, la responsable de la commission, lors d’une conférence de presse.

Un climat électoral encourageant ?

Dès l’annonce dès résultats, retransmis en direct à la radio, dimanche, des milliers de Sierra léonais se sont retrouvés dans la rue pour manifester leur joie. Pour l’occasion, la sécurité a été renforcée. Des barrages ont été érigés et les écoles et commerces fermés. Des mesures qui témoignent du climat dans lequel se sont déroulées les élections.

Toutes les précautions sécuritaires ont été prises pour le bon déroulement du scrutin, s’ajoutant à de récurrents appels au calme de la part des autorités. Aucun incident grave n’a perturbé le scrutin même si quelques tensions ont été constatées, faisant une trentaine de blessés, depuis le 11 août, date du premier tour de ces présidentielles. Suite à des soupçons de fraude dans quatre bureaux de vote du district de Bombali ( Nord du pays), un des fiefs de l’APC, la NEC a fait annuler les opérations de vote. « Comme nous l’avons déjà annoncé, aucun cas d’expression excessive du droit de vote ne sera toléré par la NEC et nous ne manquerons pas d’annuler les résultats, si nécessaire », avait affirmé Mme Thorpe. Une annulation qui n’a pas influé sur le résultat final selon la Commission.

Le SLPP conteste les résultats officiels

Bien que les résultats soient officiels, le SLPP les conteste. Le parti a demandé à la Haute Cour d’interdire la proclamation des résultats définitifs. Le parti au pouvoir accuse la NEC d’avoir manipulé les scores et d’être de mèche avec la Communauté internationale et le Bureau intégré de l’ONU, afin de faire croire à la victoire de l’APC. « Nous allons poursuivre la NEC en justice. Nous ne pouvons accepter de nous soumettre à des résultats électoraux non crédibles. La Cour va accéder à notre requête et un nouveau décompte pourra être effectué », a déclaré Victor Reider, porte parole du SLPP. Des accusations immédiatement contestées par l’APC qui a jugé qu’elles étaient sans fondement.

A tour de rôle, les deux partis en lice au deuxième tour se sont respectivement attribués la victoire. Le président Kabbah appelait quant à lui au calme la semaine dernière. « J’appelle tout le monde à reconnaître les résultats des élections, qu’ils soient ou non en sa faveur », avait-il déclaré, la semaine dernière, en s’adressant au peuple sierra léonais.

Ces élections dirigées par les autorités nationales, faisaient figure de première depuis le départ de la force de maintien de la paix de l’ONU, en 2005. Rappelons que la Sierra Leone se remet d’une guerre civile des plus meurtrières qui a fait plus de 120 000 morts de 1991 à 2001.