Eric Adams : la marche vers la mairie de New York

Eric Adams (02 nov 21)
Eric Adams

Quelque 5.5 millions d’électeurs new-yorkais sont actuellement en train de voter. D’autres – près de 170 000 personnes – l’ont fait de façon anticipée, du 23 au 31 octobre dernier. New York veut élire son nouveau maire. Et tout porte à croire que l’élu sera Eric Adams, ancien capitaine de police, devenu homme politique, une figure de proue du parti démocrate.

S’il est élu, il deviendra le deuxième Noir à prendre la tête de la plus grande municipalité américaine, après David Dinkins, qui a été maire de New York, de 1990 à 1993. Eric Adams a un parcours atypique qu’il ne se fatigue jamais à mettre en relief.

Le jeune délinquant devenu policier

Né à Brownsville (Brooklyn), le 1er septembre 1960, Eric Adams a grandi dans une famille très pauvre, élevé par une mère, femme de ménage. À 14 ans, il rejoint un gang et se fait interpeller, un an plus tard avec son frère, par la police de New York (le NYPD). Molesté, le jeune garçon prit la résolution d’intégrer cette police pour contribuer à la réformer de l’intérieur.

Au milieu des années 1980, il intègre effectivement la police new-yorkaise au sein de laquelle il travaille pendant 22 ans, avant de se retirer, en 2006, avec le grade de capitaine. Militant de la lutte anti-raciale dans la police, Eric Adams cofonde, avec un autre policier noir, Noel Leader, le syndicat 100 Blacks In Law Enforcement That Care (ou 100 Blacks), qui lutte contre le racisme développé par la police contre les Noirs.

Ce parcours, Eric Adams se plaît à le raconter à qui veut l’entendre, au point où le New York Times n’a pas hésité à le railler, tout récemment : « Il propage et diffuse des récits sur lui-même, en faisant peu de cas de leur précision. Son principe suprême semble être la perpétuation de l’histoire d’Eric Adams, celle qui, espère-t-il, le mènera d’une enfance dans la rue à Brooklyn et dans le Queens au siège du pouvoir à New York», peut-on lire dans les colonnes du journal, dans sa parution du 23 octobre 2021.

L’homme politique

À son départ de la police en 2006, Eric Adams embrasse une nouvelle carrière d’homme politique et se fait élire sénateur démocrate de l’État de New York, poste qu’il conserve jusqu’en 2013. En cette année, l’ancien policier est élu président de l’arrondissement de Brooklyn, un poste perçu comme un tremplin vers la mairie de New York. Dans la course à la mairie, Eric Adams surpasse dans les sondages son challenger – 70 % contre 30 % environ – , le républicain Curtis Sliwa, fondateur des «Anges gardiens», une organisation qui combat, depuis 1979, la violence dans le métro de New York.

C’est donc un candidat quasiment élu avant le scrutin qui se présente ce mardi aux New-Yorkais. Les principaux chantiers auxquels le nouveau maire a promis de s’attaquer sont la question de la criminalité, qui est montée en flèche en 2020 ; la discrimination raciale ; les réformes de la police de New York, la plus importante force de police des États-Unis, avec ses 36 000 agents ; la réduction du nombre de fonctionnaires municipaux et la diminution des impôts qui passera par l’instauration d’un «Tax Free Tuesday», une journée hebdomadaire sans prélèvements obligatoires.

Bien évidemment, celui qui sera installé à la mairie de New York, dès le 1er janvier 2022, devra gérer la crise sanitaire liée au Coronavirus, qui a emporté plus de 34 000 habitants de la «ville qui ne dort jamais».