Enfants soldats, armes blanches : alerte rouge en Centrafrique

Le moins que l’on puisse dire est que la Centrafrique fait craindre le pire. En ce sens que non seulement le nombre d’enfants enrôlés dans les milices armées est impressionnant, mais aussi la quantité de machettes distribuées dans la capitale est impressionnante.

Le nombre d’enfants enrôlés dans la milice en Centrafrique est impressionnant. Selon des chiffres avancés par l’ONU ce vendredi, ils sont entre 5 000 à 6 000 enfants à combattre en République centrafricaine. En outre, Michel Djotodia a évoqué des machettes en quantité distribuées dans la capitale.

L’on comprend mieux pourquoi la communauté internationale parle déjà de génocide en évoquant le problème de la Centrafrique. En effet, durant la semaine, elle a alerté sur l’imminence d’un potentiel génocide. Quant à l’ONU, elle a affirmé ce vendredi qu’entre 5 000 et 6 000 enfants ont été enrôlés dans des milices combattant dans le pays. « Grosso modo, on parle aujourd’hui de 5 000 à 6 000 enfants. Ce qui représente un quasi-doublement de notre estimation précédente, qui était de 3 500 enfants en mars dernier », a précisé Souleymane Diabate, représentant de l’Unicef en Centrafrique.

« Il existe un risque considérable d’une nouvelle escalade de la crise, sur fond notamment de tensions inter-communautaires et religieuse », a déclaré Catherine Ashton, porte-parole de la chef de la diplomatie de l’Union Européenne qui appelle « les autorités de transition à tout mettre en œuvre pour prévenir l’aggravation des tensions ».

Ce vendredi, Michel Djotodia qui estime avoir appris que « des machettes sont distribuées dans la ville. A quel dessein ? Personne ne sait. Il faut rester vigilants », a annoncé le rétablissement « incessamment » du couvre-feu levé le mois dernier à Bangui, la capitale centrafricaine.