Energies renouvelables : Rabat et Libreville renforcent leur coopération

Le Gabon et le Maroc ont signé mercredi deux accords de coopération
visant le renforcement des relations bilatérales des deux pays dans
les secteurs de l’électricité et des énergies renouvelables, à
l’occasion d’un forum économique, qui a réuni près de 200 hommes
d’affaires des deux pays à Libreville.

(De notre correspondant à Libreville)

Le Gabon et le Maroc ont signé mercredi à Libreville deux accords de
coopération, à l’occasion d’un forum économique qui a réuni dans la
capitale gabonaise près de 200 hommes d’affaires des deux pays. Le
premier accord lie la Chambre de commerce du Gabon à Maroc Export, le
deuxième, la fédération nationale de l’électricité, de l’électronique
et des énergies renouvelables (FENELEC) du Maroc et le GETEC du
Gabon. Les deux conventions visent la dynamisation des relations
économiques et commerciales entre Libreville et Rabat dans les
domaines susmentionnés.

« Il est clair que le rôle d’une institution est celui d’être un
outil pour promouvoir les investissements des acteurs économiques.
Dans notre cadre actuel cela nous invite à créer des voies d’échanges
et de promotion des investissements entre les hommes d’affaires des
deux pays de part et d’autre », a déclaré le président de la Chambre
de Commerce du Gabon, Jean Baptiste Bikalou, réagissant après la
signature des accords. Le Premier Ministre gabonais, Daniel Ona Ondo,
qui a présidé la cérémonie d’ouverture de ce forum, a invité les
opérateurs économiques nationaux à capitaliser leur savoir-faire et à
profiter du contact avec les chefs d’entreprises marocaines, en vue du
développement de leurs expertises, au profit de l’économie gabonaise. « Le Maroc dispose d’une plate-forme de développement avérée en
Afrique. Nos entreprises doivent donc s’inspirer du modèle économique
marocain pour développer le Gabon », a-t-il déclaré.

L’intérêt des PME marocaines pour le secteur énergétique local
pourraît amplifier rapidement l’extension du réseau électrique du pays
dans les zones rurales très peu pourvues en électricité.