« En route pour le milliard», ce documentaire qui revient sur la guerre de six jours à Kisangani

Du 5 au 10 juin 2000, Kisangani, ville située dans la façade nord-est de la République Démocratique du Congo a été le théâtre d’un affrontement entre les armées du Rwanda et de l’Ouganda, soutenant deux factions différentes de la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD). Deux décennies après, les familles des victimes dénoncent toujours l’impunité pour les auteurs de ces violences qui ont causé plus de 1 000 morts, au moins 3 000 blessés et d’énormes dégâts matériels. Ces larmes et cris d’alarmes sont à l’origine du documentaire « En route pour le milliard», du jeune réalisateur congolais Dieudo Hamadi.

Coulisses d’une société déchirée par une guerre de triste mémoire, traumatisme, dénonciation de l’impunité, défis auxquels font face les familles des victimes… Le documentaire « En route pour le milliard » fait un focus sur les larmes des familles des victimes de cette guerre ayant fait plus de 1 000 morts, au moins 3 000 blessés et d’énormes dégâts matériels dans la ville de Kisangani, dans le nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC).

« En route pour le milliard », plus qu’un documentaire

Vingt ans après ces violences, rien de concret n’a été fait en faveur des victimes, en dépit de la sentence prononcé en décembre 2005 par la Cour pénale internationale ( CPI), condamnant l’Ouganda à dédommager la RDC pour les violations des droits humains commises sur son sol entre 1998 et 2003, y compris les crimes de Kisangani. C’est ainsi que, comme on peut le voir dans la bande d’annonce, les membres de l’Association des victimes de cette guerre décident d’entreprendre un périlleux voyage pour faire entendre leurs voix à Kinshasa, où siègent les institutions et où la plupart des anciens chefs congolais de cette guerre ont trouvé un refuge confortable. Ces scènes de plaidoiries filmées donnent à ce documentaire le mérite d’être aussi un instrument d’accompagnement de cette structure dans sa démarche.

« Mon film dépeint une aventure humaine où les protagonistes, bien que lourdement handicapés, sont mus par une rage de vivre inaltérable, décidés à regagner leur dignité au sein d’une société qui les ignore », explique son réalisateur, Dieudo Hamadi.

Vers sa première projection  

A en croire l’équipe du jeune réalisateur congolais, malgré la crise sanitaire et les incertitudes sur la réouverture des salles de cinéma ; la sortie de ce documentaire de 90 minutes est prévue « pour la deuxième quinzaine de mars 2021 ». Cependant, elle précise que sa première présentation au public intervient « le 23 janvier prochain » à Paris, en France. « Ce sera pourtant la première fois, non seulement en France, mais dans le monde, qu’un de ses films sera présenté au grand public. Cette programmation sera également l’occasion d’affirmer et de développer notre solidarité avec les protagonistes du film dans leur terrible combat pour la reconnaissance de leurs droits », a-t-elle dit.