En quête d’Afrique

Les éditions Présence Africaine ont eu l’heureuse initiative de traduire le livre de Manthia Diawara  » En quête d’Afrique « . L’Afrique fantasmée, réinventée, idolâtrée n’est pas celle de l’auteur. Manthia Diawara apporte un regard chirurgical. Le livre sur l’Afrique de ces dernières années. A lire en urgence.

 » Je suis las de la prison identitaire que l’afropessimisme m’a condamné à supporter « . Quand un livre commence comme ça, il ne peut être que de qualité. Et quand il est écrit par un auteur qui a côtoyé les grands personnages africains, il frôle le génie. Manthia Diawara, Guino-Malien, se moque du politiquement correct. Ses analyses sont originales. Il réussit à conceptualiser une autre Afrique. Une Afrique férocement moderne, débarrassée de ses folklores et de ses démons.  » Je me demande souvent pourquoi nous n’avons placé nos traditions dans des musées et des centres folkloriques, comme les autres nations « , s’interroge le professeur de littérature comparée et de cinéma à l’Université de New York. Solution : l’Afrique a un besoin de laïcité.

Dieux, l’Occident et l’afropessimisme

Le constat de Manthia Diawara est clair : l’Afrique a raté ses indépendances à cause de la guerre froide, en s’alignant sur l’un des deux camps au détriment de ses propres intérêts et besoins.  » A présent, à la fin des années 1990, alors que la guerre froide est terminée et que l’Occident ne considère plus les pays africains comme des alliés ou même des avant-postes néo-coloniaux, nous retrouvons notre identité encore engluée dans le récit de l’échec de l’Etat-nation, embourbée dans l’afropessimisme « . Le diagnostic est sans appel. Après l’effondrement du mur de Berlin, les pays africains sont abandonnés par l’Occident.

L’Africain se moque de lui-même, se regarde avec des yeux de Blanc. Tout ce qui n’est pas estampillé made in Occident est péjoratif.  » L’afropessimisme est un bon alibi pour recoloniser l’Afrique par le biais du consumérisme « , tranche Manthia Diawara. Prophétique :  » …nous devons nous forger de nouvelles langues et de nouvelles méthodes pour remplacer la décolonisation, l’aliénation, l’oppression raciale, le primitivisme, l’afropessimisme, la francophonie, le nationalisme étroit… « . Vaste programme !

Manthia Diawara a eu le courage de regarder avec non seulement amour mais aussi lucidité. Sortant des chemins confortables, et stériles, il s’est attelé à ouvrir des horizons. Merci aux éditions Présence Africaine pour ce joli cadeau.

Commander le livre.

lire aussi l’interview: La quête d’Afrique de Diawara.