En France, RPR et PS s’opposent sur le problème ivoirien

Après s’être opposés sur le rôle à jouer dans le conflit ivoirien, les deux principaux partis politiques français possèdent désormais la même analyse de la situation. Cet affrontement diplomatique n’est qu’une nouvelle manifestation de la vieille guerre que se font les deux hommes forts de la politique française.

Le Rassemblement pour la République (RPR) et le Parti Socialiste (PS) se sont opposés depuis longtemps au sujet du rôle à jouer dans le conflit ivoirien. Leur affrontement reflète celui des deux responsables de l’exécutif français engagés dans la cohabitation, le président de la République Jacques Chirac et le Premier ministre Lionel Jospin.

Les avis des deux partis se rapprochent aujourd’hui dans le souhait de promouvoir une véritable démocratie. Ils partagent également les mêmes craintes pour la sécurité des 25 000 Français vivant en Côte d’Ivoire. Dès avant les élections présidentielles d’octobre, le PS a souhaité à Laurent Gbagbo toute la  » réussite nécessaire pour mettre la Côte d’Ivoire sur les rails de la démocratie « .

Face à ce débordement d’enthousiasme, le RPR reste plus prudent. Pour l’ancien ministre de la coopération, Jacques Godfrain, proche de M.Chirac,  » quand les Ivoiriens auront décidé de faire de nouvelles élections, il faudra que nous les appuyions dans ce sens « . En son temps, l’ancien Président Konan Bédié avait bénéficié du soutien du président français.

Soutien du PS à Gbagbo

A la suite des derniers débordements qu’a connus le pays, depuis le quatre décembre, les partis se sont ravisés. Le RPR reproche toujours au PS d’avoir fait valoir trop ouvertement son soutien à Gbagbo. Jacques Legendre, sénateur et secrétaire général de l’association des parlementaires francophones, explique que  » le rôle des Français n’est pas de dicter un vote à la Côte d’Ivoire  » et que  » l’appui du PS au FPI (parti de L.Gbagbo) est allé un peu loin « .

Cependant, les deux partis se sont sensiblement rapprochés. Guy Labertit, l’un des responsables Afrique du PS, souligne l’urgence d’une  » solution politique, permettant à tous les partis ivoiriens de présenter librement leurs candidats lors des élections législatives du 10 décembre prochain.  » De la même façon, M.Legendre défend  » une solution politique démocratique qui rétablira la stabilité dans le pays « .

25 000 Français en Côte d’Ivoire

Jacques Legendre inclut le problème ivoirien dans une problématique plus large qui concerne toute l’Afrique de l’Ouest, et déclare que  » les pays du Nord doivent faire des efforts pour aider le Libéria, le Sierra Leone et la Côte d’Ivoire à sortir de cette crise politique et économique « .

Il ajoute, tout comme M.Labertit, qu' » il faut toujours garder à l’esprit que 25 000 Français sont présents sur le territoire ivoirien, et qu’il est de notre devoir d’assurer leur sécurité. Il met en avant le  » devoir de vigilance et de solidarité que les autorités françaises ont envers leurs ressortissants « .

Retrouvez nos autres articles d’aujourd’hui sur la Côte d’Ivoire :

Le rappel des événements depuis le printemps

Un pays, 68 ethnies jusqu’alors pacifiques

Silence Web pour la presse ivoirienne

L’isolement international du pays s’aggrave

L’armée ivoirienne, ou la grande inconnue