En Algérie, Mohammed VI comparé à Pablo Escobar et Manuel Noriega

Le roi Mohammed VI
Le roi Mohammed VI

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a été comparé à un baron de la drogue à l’image de Manuel Noriega de Panama et autre Pablo Escobar de la Colombie. Ces accusations ont été portées depuis l’Algérie voisine. Par qui ?

« Si la Colombie avait son Escobar, le Panama son Noriega, au Maroc, c’est bien le roi (Mohammed VI) qui protège les producteurs du Rif et qui ferme les yeux sur la production de plus de 700 tonnes de cannabis annuellement. Le royaume s’est forgé un statut de plaque tournante du trafic, puisque 72% du cannabis saisi dans le monde est produit sur ses terres », a accusé une tribune du journal algérien L’Expression.

« C’est le Rif qui en est le grenier. La région montagneuse tire l’essentiel de ses revenus de ces champs de cannabis qui s’étalent sur plus de 60 000 hectares. Et cette superficie ne fait qu’augmenter… Les feux de forêt sont provoqués pour faire de la place à la culture du cannabis. Si on tolère la culture du kif au Maroc, déjà autorisée durant les années 60 par le roi pour la consommation locale, c’est en raison des profits générés dans l’économie marocaine », poursuit le journal, qui se base dur des reportages récents.

Evoquant des documents américains révélés par Wikileaks, le journal indique que « le chiffre d’affaires généré par le narcotrafic, qui était de 2 milliards d’euros en 1997, a dépassé les 10 milliards en 2012 et doit avoir sûrement doublé depuis… En 2012, plus d’un million de Marocains vivaient de la culture du kif, dont la commercialisation rapportait, à cette époque, 100 milliards de dirhams. En fait, le chiffre d’affaires est beaucoup plus important… ».

L’Expression va plus loin, rappelant « le scandale, relayé par la presse étrangère, évoquant l’implication du roi Mohammed VI dans le blanchiment de l’argent de la drogue. Cette implication a été justifiée à la suite de la découverte, par la police marseillaise, en 2016, d’un vaste réseau de blanchiment de la drogue produite au Maroc et vendue à travers le monde. Les fonds engrangés par le trafic de cannabis étaient blanchis via la structure financière Attijariwafa Bank – un groupe marocain, basé au Maroc et qui opère dans 23 pays en Afrique et en Europe ».

A lire : Après l’offense au roi Mohammed VI, l’Algérie accuse le Maroc de déstabiliser les pays voisins

« Et c’est le travail de fourmi des enquêteurs qui a permis de remonter la filière aux ramifications importantes et dont le quartier général se situerait au sommet de l’État marocain. Un représentant du ministère public avait annoncé à l’époque, le chiffre faramineux de 400 millions d’euros qui ont été blanchis sur les 4 dernières années », poursuit le média, qui rappelle « les célèbres révélations de Wikileaks, en 2010, faisant état des « relations du régime de Mohammed VI avec la mafia de la drogue ».

Wikileaks avait, selon le journal, « rendu public un rapport de l’ambassade US à Rabat, évoquant l’implication du régime marocain dans les opérations de soutien aux activités des trafiquants de drogue, soit en fermant l’œil sur les activités de ceux-ci, soit en s’attaquant aux éléments des services de sécurité qui luttent contre la contrebande de la drogue. Un autre rapport, publié par Wikileaks, a souligné que « les pratiques de corruption existaient durant le règne de Hassan II. Elles se sont institutionnalisées avec le roi Mohammed VI ».

« Le rapport a indiqué, également, que le « mur de la honte » marocain, au Sahara Occidental, constitue la plaque tournante des grandes quantités de cannabis destinées à la région sahélienne « dans le but précis de déstabiliser cette région et de présenter le Maroc en « choix alternatif » en tant que « pays stable et modéré », pour le journal, rappelant « la déclaration de l’ex-ministre des Affaires étrangères algérien qui, se référant à des confidences faites par de hauts responsables africains, avait affirmé que « Royal Air Maroc transporte du haschisch sur ses lignes ».

Et de conclure que « si l’Algérie a toujours dénoncé le narcoroyaume, c’est parce qu’elle est la première à en subir les méfaits. Cette année, pas moins de 37 tonnes de kif ont été saisies au premier trimestre. Les faits sont là et les preuves aussi, mais le narcoroyaume, soutenu par certains Etats, n’est pas inquiété. Il doit pourtant rendre des comptes et ses protecteurs doivent s’expliquer ».

A lire : Algérie : une caricature du roi Mohammed VI déclenche une grosse polémique