Elections législatives au Cap-Vert : le coude à coude.

Le parti d’opposition et ancien parti unique, le Parti africain pour l’indépendance du Cap-Vert (PAICV) a remporté les élections législatives de dimanche. A quelques voix du Mouvement pour la démocratie (MPD).

Dimanche soir, au Cap-Vert, les militants de l’opposition fêtaient bruyamment une victoire dont ils ne doutaient pas. A peine les bureaux de vote fermés, la capitale, Praia, résonnait des klaxons et des cris des partisans du Parti africain pour l’indépendance (PAICV), rapporte un correspondant de l’AFP.

Les résultats des élections législatives qui se sont déroulées ce dimanche sont encore partiels, mais donnent une courte avance à l’opposition de gauche face au gouvernement libéral sortant. On peut à présent avancer des chiffres, même si les votes de quelques 28 000 électeurs inscrits à l’étranger ne sont pas encore totalement comptabilisés.

Selon les premiers résultats publiés par la Commission nationale électorale (CNE), le PAICV aurait remporté 45,44% des voix, contre 43,54% pour le Mouvement pour la démocratie (MPD). L’Alliance démocratique pour le changement (ADM) raflerait 4,28% des suffrages, le Parti de la rénovation démocratique (PRD) 3,25% et le Parti social démocratique (PSD) 0,32%.

Une désorganisation organisée

Les derniers chiffres donnent au PAICV 32 des 72 sièges de députés au Parlement, 31 au MPD et trois à l’ADM. Des scores serrés. Aucun incident grave n’est à déplorer même si plusieurs milliers d’électeurs n’ont pas pu voter, n’ayant pas reçu leur carte à temps. Une désorganisation qualifiée d' » organisée  » par le PAICV, qui a dénoncé les conditions dans lesquelles s’est déroulé le vote de plus de 260 000 électeurs.

Le leader du groupe parlementaire majoritaire, M. José Maria Neves, sera probablement le prochain Premier ministre du pays. Et c’est Pedro Pires, figure de la lutte de libération nationale et Premier ministre après l’indépendance, qui représentera le PAICV à l’élection présidentielle du 11 février prochain.