Elections en Egypte, le jeu de dupes des indépendants

Les législatives égyptiennes réservent plein de surprises et d’enseignement. Le parti du président Moubarak, le PND, perd les élections mais sort vainqueur de ce scrutin. L’opposition est laminée mais se retrouve plus représentée. Les Frères musulmans raflent déjà sept sièges. Et les indépendants commencent à marchander leurs voix.

La grande nouveauté de ces élections est le contrôle par les juges des listes électorales qui datent des années cinquante. Le parti au pouvoir, le PND, est en net recul : 93 candidats sur les 150 investis par le parti ont lamentablement échoué. Le premier tour de la deuxième phase confirme les résultats de la première phase. L’opposition opère une légère percée mais n’a pas de prétentions pour gouverner. Loin s’en faut. Elle passe de 13 à 15 sièges. Les indépendants sont les plus courtisés.

Situation ubuesque : les candidats indépendants, ou ceux se présentant sous ce label, sont pour la plupart des dissidents du PND, ou des récusés de ce parti. Une fois les résultats connus, ils courent se mettre sous le giron de leur ancien parti. Ainsi, le PND a déjà reconnu près de 50 de ces candidats comme siens. Durant la campagne électorale, certains candidats indépendants ont promis à leurs électeurs des téléphones portables et des bornes Internet gratuites dans leurs quartiers. Issus pour la grande majorité de professions libérales, ils n’ont jamais remis en cause la politique gouvernementale. Ni critiqué le parti au pouvoir.

Indépendants au PND

L’entrée des islamistes au parlement constitue l’originalité des législatives. Bien que les membres de la direction de ce parti interdit mais toléré soient emprisonnés juste avant le scrutin, les Frères Musulmans sont assurés d’au moins sept sièges. Ils ont contourné la loi en se présentant… en indépendants. Les politologues notent que la personnalité du candidat importe peu. L’étiquette des Frères musulmans assure, à elle seule, un déferlement de voix. Le porte-parole de cette organisation s’estime satisfait de ces résultats partiels.

La lecture politique de ce scrutin, sans véritable enjeu tant la domination du PND est outrageante sur le paysage politique, sera plus claire après la publication finale des résultats.