Elections béninoises: match amical après deux forfaits

Bruno Amoussou, arrivé quatrième au premier tour des élections présidentielles du Bénin, se présente contre Mathieu Kérékou au second tour. Après les désistements de Nicéphore Soglo et d’Adrien Houngbédji, le scrutin de jeudi se transforme en match amical.

Bruno Amoussou, arrivé quatrième au premier tour de la présidentielle avec 8% des voix, participera au deuxième tour du scrutin, jeudi, contre Mathieu Kérékou. Actuel ministre d’Etat du président sortant, Bruno Amoussou avait appelé à voter pour ce dernier à l’issue du premier tour du scrutin, le 4 mars dernier. Le président du Parti social démocrate (PSD) a déclaré avoir accepté d’être le challenger de Kérékou pour  » faire avancer la démocratie béninoise « .

Une démocratie tronquée et refusée par les deux principaux leaders de l’opposition, Nicéphore Soglo et Adrien Houngbédji, qui se sont désistés respectivement vendredi dernier et lundi, dénonçant une  » mascarade  » électorale. De fait, le scrutin de jeudi apparaît comme une pure formalité destinée à réélire Mathieu Kérékou. Mardi soir, neuf membres d’opposition de la Commission nationale électorale autonome du Bénin (CENA) ont démissionné pour protester contre les conditions d’organisation de ce second tour.

Forte abstention prévue

Alors que la société civile et une vingtaine d’Organisations non gouvernementales (ONG) béninoises ont dénoncé la  » tension inutile  » entretenue par la classe politique, les observateurs locaux s’attendent à une forte abstention. Le taux de participation était de 87,74% lors du premier tour et pourrait tomber aux alentours de 50% pour le second. Si Adrien Houngbédji n’a pas donné de consigne de vote, Nicéphore Soglo a, lui, appelé ses partisans à boycotter pacifiquement le scrutin.

Bruno Amoussou a déjà été deux fois candidat malheureux à la présidentielle, en 1991 et 1996. Jamais deux sans trois.