El-Mouaziz triomphe à New-York

Au terme d’une course d’une remarquable intelligence, le Marocain remporte le marathon de New-York. L’armada kényane sort humiliée de l’épreuve. Désormais le drapeau chérifien comporte une nouvelle étoile.

Jamais El-Mouaziz (le chéri) n’aura autant mérité son nom. Vainqueur hier, du marathon de New-York, le Marocain qui avait déjà triomphé à Londres, en avril 1999, a humilié la cohorte de rivaux kenyans. Et clos les mauvais pronostics qui n’ont pas manqué de fleurir au lendemain de ses piètres résultats à Sydney, où il finit septième. Car le triomphe d’El-Mouazi sur l’armada kényane est avant tout une victoire tactique.

Le Marocain sait que le parcours de la  » Big Apple  » est l’un des plus durs qui soient. Il est considéré comme un médiocre finisseur. Et aussi brillantes que soient ses performances, elles restent en deçà de celles enregistrées par des  » machines  » comme le Kenyan John Kagwe et son compatriote, Japhet Kosgei, crédité de deux chronos en 2h 7′ 19 » et 2h 7′ 15 » sur les parcours roulants de Rotterdam et de Tokyo.

Rythme d’enfer

Alors Abdelkader El-Mouaziz a compté ses atouts et joué fin. Il est parti vite – très vite – devenant à l’occasion le premier vainqueur du marathon de New-York à prendre la tête dès le 14e kilomètre, infligeant un rythme d’enfer à la course. Accompagné un temps par le Sud-africain Josiah Thugwane (vainqueur d’Atlanta en 1996), le Marocain a accéléré encore, franchissant la mi-course dans un ahurissant temps d’1h 3′ 8 ».

Le coup de bluff a parfaitement fonctionné. Le peloton a été éclaté. Le moral au plus bas des adversaire plombe les jambes. John Kagwe, double vainqueur de l’épreuve, est à déjà deux minutes derrière. Mouaziz n’a plus qu’à traverser le Queens, sous les applaudissements, fort d’une avance croissante malgré un rythme en berne. Les rivaux d’Abdelkader Mouaziz ont été laminés. Et c’est sur un temps moyen de 2h 10’9 » que triomphe l’as du fond marocain. Les tueurs de chronos que sont les Kenyans Japhet Kosgei et Kororia finissent troisième et quatrième avec des temps respectifs de 2h 12′ 30 » et 2h 12′ 33 ».

Kagwe le favori termine loin derrière, à la dixième place, avec un très mauvais temps de 2h 17′ 2 ». Pari gagné.