Egypte : « Tu vas voter pour qui ? »

Depuis l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, tout le monde ne parle que de ça dans les rues du Caire. Avant même de se saluer, on pose la question fatidique : « Tu vas voter pour qui ? ». Quelle que soit la réponse donnée, le débat est lancé, et dans tous les cafés de la capitale, la discussion s’anime et s’envenime.

Mardi 28 mai, les résultats officiels du premier tour de la présidentielle ont été annoncés : arrivent au deuxième tour Muhammad Morsi, candidat des Frères musulmans, et Ahmed Shafiq, ancien du régime Moubarak renversé le 11 février 2011, avec chacun près de 25% de voix. Un scénario cauchemar pour les « révolutionnaires », dont les voix se sont trouvées principalement éparpillées entre Hamadin Sabahi, candidat socialiste nassérien, et Abdel Monem Aboul Foutouh, candidat islamiste modéré.

Un scénario inattendu mais étonnant

En votant pour Muhammad Morsi, les gens n’ont pas voté pour un homme mais pour la puissante machine des Frères musulmans, présente partout en Egypte. Tout ce que l’Etat n’a pas été capable de faire et de fournir dans les campagnes égyptiennes ces dernières années (écoles, infrastructures sanitaires…), ce sont les Frères musulmans qui l’ont apporté. Officiellement interdits sous l’ancien régime, ils se sont formés en un parti politique après le départ de Moubarak et ont déjà rencontré un franc succès aux élections législatives de l’hiver dernier en obtenant 40% des sièges au Parlement. Pour une majorité de la population égyptienne, vivant dans des campagnes reculées, les Frères représentent un groupe familier et digne de confiance.

Pour sa part, Ahmed Shafiq, ancien militaire et ministre sous l’ancien régime, est surtout connu pour avoir été le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak. Il a été nommé pendant les contestations sociales et a été aux commandes du gouvernement pendant « l’attaque des chameaux ». Voter pour lui, c’est voter pour un retour à la stabilité et un rejet des soulèvements et de ses débordements. « Il était au pouvoir sous Moubarak, il sait comment tout cela fonctionne. Dans la situation actuelle, il nous faut quelqu’un qui a de l’expérience pour redresser le pays. Ahmed Shafiq est le seul à en avoir réellement », explique Muhammad, propriétaire d’un petit restaurant. Dans un pays rongé par une forte crise économique, notamment due à la chute du tourisme depuis le début de la révolution, de plus en plus de gens regrettent la situation pré-révolutionnaire et n’ont qu’une hâte : que tout rentre dans l’ordre.

Pour les libéraux, dont le poids sera déterminant au second tour, aucun de ces deux discours ne rencontre le moindre écho, et pour beaucoup il s’agit de faire un calcul tactique : voter Morsi, c’est alors marquer son refus inconditionnel du système Moubarak et signifier la continuation de la révolution. En clair, tous les affrontements entre la rue et le régime temporaire instauré par le Conseil suprême des Forces armées n’ont pas été vains et que ce combat contre l’armée continuera, à travers les procès de ses responsables. Dés les premières suppositions sur son passage au second tour, Muhammad Morsi a multiplié les déclarations et les gestes en faveur des manifestants. Il a notamment appelé Hamadin Sabahi et Abdel Monem Aboul Foutouh, les candidats favoris des libéraux arrivés respectivement troisième et quatrième au premier tour, à devenir ses seconds. Hamadin Sabahi a refusé par principe, la collaboration avec un Frère musulman étant contre les valeurs laïques qu’il défend. Aboul Foutouh, pour sa part, n’a pas encore répondu à cette offre, mais a implicitement appelé à voter contre Shafiq.

Peser le pour et le contre

Cependant, voter Muhammad Morsi présente également de forts inconvénients. Les Frères musulmans, majoritaires à l’assemblée nationale, se trouveraient tout puissants, sans que la moindre opposition ne puisse se manifester au travers des structures institutionnelles. Ajoutons à cela que le pays n’est toujours pas doté d’une Constitution : lors de la chute du régime en 2011, l’ancienne Constitution a été abrogée et très vite remplacée par une « déclaration constitutionnelle » qui en modifiait certains aspects sans pour autant la mettre à terre. Suite à deux échecs successifs pour mettre en place un comité constitutionnel faisant l’unanimité, le Conseil militaire et le Parlement ont décidé que le travail sur la Constitution ne serait repris qu’après les élections ce qui signifie concrètement que cette Constitution sera fonction du vainqueur à l’élection présidentielle. Donc, si les Frères musulmans tiennent à la fois la présidence et le Parlement, ils auront les mains libres pour appliquer tout ce qu’ils souhaitent, avec pour seul contre-pouvoir la rue, lasse de plus d’un an de manifestation. D’où, pour certains, le choix d’Ahmed Shafiq : « Si Ahmed Shafiq devient Président, la Constitution ne lui permettra pas de rester indéfiniment au pouvoir. Il se trouvera avec un mandat de quatre ans, huit s’il est réélu. Donc même s’il penche franchement vers un retour au régime de Moubarak, il vaut mieux huit ans de dictature militaire en plus qu’un régime islamiste de type saoudien qu’il nous faudra des décennies à abattre », défend Islam Rihan, avocat au Caire.

D’autres voteront Shafiq au second tour en misant sur la logique du pire: « Si Shafiq passe, il y aura un second soulèvement. Que quelqu’un qui a autant trempé dans le régime Moubarak gagne serait un symbole de provocation assez fort pour que le peuple reprenne la place Tahrir et en finisse une fois pour toutes avec la révolution », espère Ahmed, étudiant à l’université du Caire. Cette logique fait suite à l’idée globalement répandue que la plus grande erreur des contestataires a été de quitter la place trop tôt, sans mettre à bas l’ensemble du système hérité d’un demi-siècle de pouvoir militaire. La victoire de Shafiq est ainsi considérée par beaucoup comme une chance de reproduire un mouvement de colère semblable à celui qui a provoqué la chute de Hosni Moubarak en 2011.

Le seul souci, c’est qu’il n’est pas garanti que cette technique fonctionne : le pays est ravagé par une grave crise économique et beaucoup de ceux qui ont été les moteurs de la révolution en 2011 sont découragés et baissent doucement les bras. Ajoutons à cela qu’il sera plus difficile d’accuser Shafiq d’illégitimité puisqu’il aura été élu dans des élections relativement libres.

Or, si Ahmed Shafiq gagne l’élection présidentielle et que la rue n’arrive pas à imposer de « seconde révolution », il existe un grand risque de voir l’Egypte sombrer à nouveau dans un système où l’Etat et la police marchent main dans la main et où les militaires sont entièrement épargnés de la colère du peuple.

Le 17 juin, les Egyptiens devront donc faire face à un choix difficile et d’autant plus important que c’est lui qui déterminera l’avenir du pays pour les années à venir et que, pour beaucoup, il permettra de mesurer l’adhésion réelle de l’ensemble de la population au processus révolutionnaire.

Par Sarmini Luana

Lire aussi :

Egypte : la violence trouble la présidentielle