Egypte : Sissi et Haftar pour expulser la Russie et la Turquie de la Libye

Le maréchal libyen Khalifa Haftar et le Président d''Egypte Abdel Fattah al-Sissi

Le Président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a réussi à décrocher une promesse de soutien à un cessez-le-feu en Libye de la part du maréchal Khalifa Haftar. Les troupes étrangères devront aussi quitter le théâtre des opérations en Libye.

C’est suite à des discussions, qui ont été enclenchées, samedi 6 juin 2020, au Caire, en Egypte, que le chef de l’Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a obtenu du maréchal Khalifa Haftar, homme fort d’une partie de la Libye, notamment de l’Est de ce pays d’Afrique du Nord, le soutien à un cessez-le-feu, à compter de ce lundi 8 juin, a appris l’AFP.

C’est une nouvelle initiative de paix pour la Libye qui a été enclenchée, ce samedi au Caire, lorsque, dans le cadre du conflit opposant le maréchal Khalifa Haftar aux forces gouvernementales, le dirigeant égyptien a obtenu l’approbation par l’homme fort de l’Est libyen l’approbation de la création d’un conseil élu et l’instauration d’un cessez-le-feu.

Le plan, qui a été présenté après l’échec d’une offensive du maréchal Haftar sur Tripoli, ouvre la porte à des négociations à Genève. Le point le plus important de ces conclusions étant le retrait de tous les combattants étrangers en service en Libye, et vise surtout à empêcher les groupes extrémistes et les milices de contrôler les ressources de ce pays d’Afrique du Nord.

Selon les termes du Président Abdel Fattah al-Sissi, la Déclaration du Caire, nom donné à l’initiative, stipule « le retrait des mercenaires étrangers de tout le territoire libyen, le démantèlement des milices et la remise des armes ». Un message clair à l’endroit des troupes russes et turques présente sur le sol libyen. Il s’agira par la suite de former un conseil présidentiel élu en Libye.

Si le président du Parlement de Tripoli, Khaled al Mechri, a rejeté ce plan émanant selon lui d’une force vaincue, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a, dans un communiqué, « salué le résultat obtenu par l’Egypte », dans le cadre de la résolution du conflit libyen.

Insistant sur « l’importance de parvenir à l’unification des institutions libyennes, et à l’organisation d’élections parlementaires et présidentielles », le Quai d’Orsay, « a souligné que la priorité doit aller à la cessation immédiate des hostilités et à la conclusion rapide d’un cessez-le-feu ».