Egypte : peine de mort confirmée pour l’ex-Président Mohamed Morsi

Un tribunal du Caire a condamné Mohamed Morsi, ce mardi, à la prison à vie pour « espionnage » au profit du Hamas palestinien, du Hezbollah libanais et de l’Iran. Dans un autre procès, la peine de mort a été confirmée pour Morsi.

L’ex-Président égyptien destitué en 2013 a été condamné à 25 ans de prison pour conspiration avec le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais contre l’Etat égyptien. Dans ce procès, 16 co-accusés dont deux hauts dirigeants de la confrérie des Frères musulmans, Khairat al-Chater et Mohamed al-Beltagui, avaient été condamnés à mort, le 16 mai, pour avoir livré des documents secrets à l’étranger, entre 2005 et 2013.

Dans un autre procès pour « évasion de prison et incitation à la violence » durant le soulèvement de 2011 contre Hosni Moubarak, le même tribunal a confirmé, ce mardi, la peine de mort prononcée contre Mohamed Morsi, le 16 mai dernier. D’autres membres des Frères musulmans, dont le guide Mohamed Badie, ont été reconnus coupables dans ce même procès. Ces verdicts peuvent être contestés en appel.

Mohamed Morsi, premier Président égyptien élu démocratiquement, a été destitué en juillet 2013 par l’actuel Président Abdel Fattah al-Sissi, chef de l’armée à l’époque. Les autorités égyptiennes exercent une répression contre toute opposition, notamment contre les partisans de Morsi et la confrérie musulmane classée par le gouvernement égyptien comme « groupe terroriste ».

Selon Human Rights Watch (HRW), dans les mois qui ont suivi l’éviction de Morsi, plus de 1 400 manifestants islamistes ont été tués dans le cadre d’une répression sanglante et plus de 40 000 personnes arrêtées ou poursuivies en justice. Des centaines de personnes ont été condamnées à mort dans des procès de masse expéditifs, que l’ONU a qualifiés de « sans précédent dans l’histoire récente » du monde.