Egypte : nouveau bain de sang ce dimanche ?

« Répétition sanglante des Frères musulmans avant le 6 octobre ». C’est le titre du quotidien indépendant Al-Masry Al-Youm, qui en dit long sur la détermination de pro-Morsi à faire face au nouveau régime égyptien dirigé par Adly Mansour, à travers une manifestation de tous les dangers ce dimanche.

Les partisans de l’ancien Président islamiste déchu par l’armée le 3 juillet dernier, Mohamed Morsi, ont défié l’armée ce samedi en appelant à de nouvelles manifestations dimanche en Egypte.

L’occasion du 40e anniversaire de la guerre de 1973 contre Israël sera le prétexte saisi par l’Alliance contre le coup d’Etat, dirigée par les Frères musulmans pour tenter à nouveau de se rassembler à travers tout le pays, notamment sur la place Tahrir. Malgré le fait que l’armée ait bloqué tous les accès. Ce qui suppose une farouche confrontation. De son côté, l’AFP apprend que le mouvement Tamarrod, à l’origine des manifestations monstres du 30 juin sur lesquelles s’est appuyée l’armée pour déposer et arrêter Mohamed Morsi le 3 juillet dernier, a lui aussi lancé un appel à la mobilisation dimanche sur toutes les places d’Egypte, pour défendre la révolution de 2011. Toutefois, le titre du quotidien indépendant Al-Masry Al-Youm « Répétition sanglante des Frères musulmans avant le 6 octobre », est plein d’enseignements.

L’alliance dirigée par les Frères musulmans réitère son appel à tous les Egyptiens à continuer leurs manifestations partout en Egypte et à se rassembler dimanche 6 octobre sur la place Tahrir pour célébrer l’armée de cette victoire, ainsi que ses dirigeants, annonce un communiqué. Vendredi, les violences ont fait au total quatre morts au Caire et une quarantaine de blessés dans le pays. Cette violence était le résultat de la contestation initiée par les pro-Morsi à leur sortie de mosquée. Ils ont bravé la police qui a ouvert le feu et largué des grenades lacrymogènes.

Les Frères musulmans ont du mal à mobiliser depuis la violente répression du 14 août dernier qui a fait près de mille morts dans leurs rangs sans compter l’arrestation des présumés cerveau du groupe. En plus, la justice a ordonné le gel de leurs avoirs et interdit les activités de la confrérie.