Egypte : Moubarak pourrait être libéré jeudi

Un tribunal égyptien a accepté la demande libération sous condition de l’ex-Président égyptien, Hosni Moubarak, qui pourrait être libéré ce jeudi, selon son avocat. Le parquet n’a pas l’intention de faire appel de cette décision.

Hosni Moubarak remis en liberté demain? En tous cas l’ex-Président égyptien semble bien loin de la crise qui déchire son pays. Selon son avocat, Farid el-Dib, il pourrait être libéré dès ce jeudi. Un tribunal égyptien a en effet accepté sa demande de libération conditionnelle dans le cadre d’une affaire d’enrichissement illicite. Affaire dans laquelle il est accusé d’avoir reçu 450.000 euros de cadeaux de la part du ministère de l’Information.

La mort des 850 manifestants en question

Même s’il recouvre la liberté jeudi, cela ne veut pas dire pour autant que l’ex-Président égyptien, contraint en février 2011 à la démission, est tiré d’affaire. Il n’a en effet pas fini d’en découdre avec la justice de son pays puisqu’il est toujours poursuivi dans le cadre de quatre affaires, dont «meurtre de manifestants» et «corruption». Il est soupçonné d’avoir ordonné aux forces de l’ordre de tirer à balles réelles sur les 850 protestataires tués, qui réclamaient aussi son départ du pouvoir, lors du soulèvement contre son régime. Déjà en juin 2012, lui et son ex-ministre de l’Intérieur, Habib Adli, avaient été condamnés à la réclusion à perpétuité pour leur responsabilité dans la mort de ces manifestants. Des jugements finalement annulés par la cour de cassation au début de l’année.

Ce n’est pas la première demande de libération sous conditionnelle de Hosni Moubarak, âgé maintenant de 85 ans. Une requête acceptée dans ces trois premières affaires judiciaires au motif qu’il avait effectué la période maximale de détention préventive. Mais de nouvelles accusations se sont à chaque fois ajoutées pour permettre son maintien en détention. S’il l’ex-dirigeant est libéré, la crise qui déchire son pays depuis la destitution de Mohamed Morsi, renversé le 3 juillet par l’armée, pourrait bien s’envenimer, voire même provoquer de nouvelles violences. Hosni Moubarak est en effet honni par une grande partie des Égyptiens qui n’ont toujours pas digéré ses 30 ans de règne sans partage.